Urgence d’agir pour les investisseurs institutionnels

Urgence d’agir pour les investisseurs institutionnels : impact des changements climatiques sur les rendements

Urgence d’agir pour les investisseurs institutionnels : impact des changements climatiques sur les rendements

  • Le 9 avril 2019
  • Canada, Montréal

Le plus récent rapport de Mercer sur les changements climatiques établit les mesures, à court et à long terme, que les investisseurs peuvent envisager pour atténuer le risque et profiter des occasions    

Mercer, chef de file mondial en matière de consultation qui aide les entreprises du monde entier à améliorer la santé, la prospérité et la carrière de leurs employés a annoncé aujourd’hui les résultats de son modèle d’investissement fondé sur son nouveau scénario de changements climatiques dans le rapport Investir en période de changements climatiques : la suite (« la Suite »). Depuis 2009, Mercer a publié des recherches et des conseils sur les changements climatiques, un risque systémique pour les investisseurs, notamment son rapport primé de 2015 intitulé Investir en période de changements climatiques. La modélisation de scénarios de Mercer sur les changements climatiques respecte les recommandations du Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (GIFCC) et permet aux investisseurs d’évaluer les risques financiers liés aux changements climatiques pour un portefeuille total englobant toutes les catégories d’actif et les secteurs d’activité, afin de quantifier l’impact futur des changements climatiques sur les rendements sur plusieurs décennies. 

La Suite présente trois scénarios de changements climatiques, soit un réchauffement moyen de 2 °C, de 3 °C et de 4 °C au-dessus des niveaux de l’ère préindustrielle et s’échelonnant sur trois périodes distinctes – 2030, 2050 et 2100. Cette période plus longue (le rapport de Mercer de 2015 présentait des modèles jusqu’en 2050) permet de mieux prévoir les répercussions que pourraient avoir les catastrophes naturelles et la disponibilité des ressources pour chaque scénario d’augmentation des températures. L’ajout d’une nouvelle analyse de sensibilité au modèle permet aux investisseurs d’évaluer comment un changement plus soudain des probabilités d’un scénario, d’une sensibilité des marchés et des dommages environnementaux pourrait se concrétiser.

« Une des principales conclusions du rapport révèle qu’investir en prévision d’un scénario d’augmentation des températures de 2 °C est à la fois un impératif et une occasion. C’est un impératif, puisque pour presque toutes les catégories d’actif, les régions et les périodes, un scénario d’augmentation des températures de 2 °C donne lieu à des rendements projetés améliorés par rapport aux scénarios de 3 °C ou de 4 °C et, par conséquent, à de meilleurs résultats pour les investisseurs. C’est aussi une occasion d’investissement, car même si les secteurs d’activité traditionnels sont susceptibles de subir des pertes selon un scénario d’augmentation des températures de 2 °C, la transition vers une économie à faibles émissions de carbone pourrait présenter de nombreuses occasions de générer des rendements positifs, déclare Helga Birgden, responsable mondiale, Investissement responsable, Mercer. La modélisation montre qu’une plus grande pondération en actifs durables dans les portefeuilles peut améliorer les rendements. Les preuves sont irréfutables et renforcent les conclusions du rapport de 2015 de Mercer sur les changements climatiques qui soutiennent l’urgence d’agir pour limiter le réchauffement à moins de 2 °C. »

Les investisseurs devraient également mettre l’accent sur les possibles répercussions à court terme des investissements en période de changements climatiques. Des changements soudains dans les rendements sont plus plausibles que des rendements moyens annuels stables, c’est pourquoi une analyse de sensibilité est un outil important.

« Si on anticipe une plus grande probabilité d’un réchauffement climatique de 2 °C ou de 4 °C et une sensibilité accrue des marchés, des révisions des prix pourraient être observées sur les marchés et entraîner des variations de l’ordre de -3 % à 3 % en moins d’un an dans les rendements des portefeuilles diversifiés modélisés », ajoute Mme Birgden.

« Des recherches récentes révèlent que le réchauffement climatique au Canada est deux fois plus rapide que dans le reste du monde. Voilà pourquoi l’investissement sensible aux changements climatiques est crucial pour toutes les institutions de ce pays – y compris pour les investisseurs institutionnels comme les caisses de retraite, dit Karen Lockridge, conseillère principale, Investissement responsable, Mercer Canada. Une caisse de retraite se doit d’avoir une vision à long terme, et dans un monde moderne, cela signifie de veiller à ce que la répartition de l’actif soit protégée contre les risques et les incertitudes découlant des changements climatiques. »

La Suite du rapport donne aux investisseurs un cadre clair leur permettant d’adopter une approche de « créateurs d’avenir » et de mettre en œuvre la transition vers un scénario de réchauffement de 2 °C. Les créateurs d’avenir, tels qu’ils sont définis dans le rapport de 2015 de Mercer sur les changements climatiques, recommandent aux entreprises exposées aux risques de transition d’établir des plans d’affaires axés sur un réchauffement de 2 °C. Ils recommandent aussi aux gouvernements de prendre des mesures d’urgence pour mettre en œuvre l’Accord de Paris, y compris des engagements encore plus grands pour lutter contre les changements climatiques.

« Il s’agit sans contredit d’un enjeu pour les fiduciaires, puisqu’il est question de gestion des risques tels qu’ils sont énoncés dans le rapport de 2019 du Forum économique mondial. Les investisseurs devraient tenir compte des changements climatiques à chaque étape du processus d’investissement : de l’établissement des convictions de placement, de la politique et des processus jusqu’aux décisions de constitution des portefeuilles, » affirme Deb Clarke, responsable mondiale de la recherche sur les placements de Mercer.

Mercer a déjà conseillé bon nombre de clients « précurseurs » à l’aide du nouveau modèle en Australie, en Europe et au Royaume-Uni. De plus, Mercer a déjà appliqué le nouveau modèle à des portefeuilles diversifiés clés faisant partie des solutions de services délégués de Mercer en Europe et dans la région Pacifique.

Le travail de Mercer portant sur les changements climatiques est le fruit d’une collaboration à l’échelle de l’entreprise qui est chapeautée par l’équipe de l’investissement responsable. Le document de Mercer intitulé Responsible Investing Pathway présente l’éventail complet des services de Mercer en investissement responsable. Ces services sont axés sur l’intégration de l’investissement responsable aux principales étapes en placements : les convictions, la politique, le processus et la constitution du portefeuille.

À PROPOS DE MERCER
Mercer offre des services-conseils et des solutions axées sur la technologie qui aident les organisations à répondre aux besoins changeants de leur main-d’œuvre dans les domaines Santé, Avoirs et Carrière. La Société compte plus de 22 000 employés répartis dans 44 pays et elle exerce ses activités dans plus de 130 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), la plus importante société de services professionnels d’envergure mondiale dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 65 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 14 milliards de dollars ainsi que de ses sociétés-conseils de premier ordre, soit Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh & McLennan aide ses clients à naviguer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe. Pour de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter @MercerCanada.

COORDONNÉES