Mercer Canada | Enquête 2019 sur la qualité de vie

Les villes canadiennes dominent le classement nord-américain de la 21e enquête de Mercer sur la qualité de vie.

Les villes canadiennes dominent le classement nord-américain de la 21e enquête de Mercer sur la qualité de vie

  • Le 13 mars 2019
  • Canada, Montréal
  • Depuis une décennie, Vienne est la ville qui offre la meilleure qualité de vie au monde.
  • Une ville canadienne se classe parmi les trois premières villes où il fait bon vivre. Vancouver atteint la troisième place, en hausse de deux rangs.
  • L’Europe de l’Ouest domine le nouveau classement de Mercer sur la sécurité personnelle avec la ville de Luxembourg en tête de peloton.

Les tensions commerciales et la résurgence du populisme continuent de dominer le contexte économique mondial. Ces facteurs, combinés au spectre du resserrement de la politique monétaire et à la volatilité qui menace les marchés, exercent des pressions sans précédent sur les multinationales et leurs activités à l’étranger. La 21e enquête annuelle de Mercer sur la Qualité de vie montre que bien des villes dans le monde offrent toujours des contextes d’affaires attrayants, et les meilleures d’entre elles comprennent que la qualité de vie est une composante essentielle de l’attrait que présente une ville pour les entreprises et la main-d’œuvre mobile.

Une ville canadienne se classe parmi les trois premières villes où il fait bon vivre : Vancouver atteint la troisième place, en hausse de deux rangs. Quatre autres villes canadiennes – Toronto (16e rang), Ottawa (19e rang), Montréal (21e rang) et Calgary (32e rang) – continuent à faire mieux que leurs homologues américaines, ce qui confirme que le Canada demeure une terre de choix pour les entreprises de partout au monde. Cette année encore, San Francisco se classe en tête des villes américaines, mais perd quatre rangs pour rejoindre la 34e place.

« La place importante qu’occupent les villes canadiennes dans le classement mondial démontre à quel point la qualité de vie est importante dans ce pays, non seulement pour les résidents, mais aussi pour attirer les multinationales et leurs employés, indique Gordon Frost, membre du partenariat et responsable du domaine Carrière de Mercer Canada. Pour les organisations qui cherchent à se constituer une main-d’œuvre pour l’avenir, la qualité de vie devient un élément essentiel du choix d’un lieu de travail pour leurs employés. »

À l’échelle mondiale, Vienne continue d’occuper le premier rang pour la 10e année consécutive, suivie de Zurich (2e rang). À égalité en troisième place, on trouve Auckland, Munich et Vancouver, la ville nord-américaine ayant obtenu le pointage le plus élevé au cours des dix dernières années. Singapour (25e rang), Montevideo (78e rang) et Port-Louis (83e rang) conservent leurs premières places des villes d’Asie, d’Amérique du Sud et d’Afrique, respectivement. Même si elle figure toujours au dernier rang au chapitre de la qualité de vie, Bagdad a connu d’importantes améliorations sur le plan de la sécurité et des services de santé. Par contre, Caracas a connu une baisse du niveau de vie en raison d’une grande instabilité politique et économique.

« Des ressources solides sur le terrain sont essentielles aux activités d’exploitation de la majorité des multinationales. La motivation des employés expatriés provient en grande partie du bien-être personnel et professionnel qu’ils éprouvent sur leur lieu de travail, déclare Ilya Bonic, membre principal du partenariat et président du domaine Carrière de Mercer. Les entreprises qui souhaitent étendre leurs activités à l’étranger doivent prendre en considération bon nombre de facteurs afin de choisir le meilleur endroit où affecter des employés et ouvrir de nouveaux bureaux. Pour ce faire, les entreprises doivent avoir accès à des données pertinentes et fiables ainsi qu’à des méthodes d’évaluation standardisées pour être en mesure de prendre des décisions cruciales, que ce soit pour choisir l’endroit où installer un nouveau bureau ou pour déterminer comment répartir, héberger et rémunérer leur main-d’œuvre internationale. »

L’enquête de Mercer fait autorité et est l’une des plus exhaustives du genre au monde. Elle est menée chaque année afin d’aider les multinationales et d’autres organisations à établir une rémunération équitable pour les employés qu’elles affectent à l’étranger. En plus de fournir des données utiles sur la qualité de vie relative, l’enquête de Mercer présente des évaluations pour plus de 450 villes à travers le monde; 231 de ces villes sont incluses dans le classement.

Cette année, Mercer présente un classement distinct sur la sécurité personnelle, lequel repose sur la stabilité intérieure, le taux de criminalité, le maintien de l’ordre, les limites à la liberté des personnes, les liens avec d’autres pays et la liberté de la presse. La sécurité personnelle est un élément essentiel à la stabilité de toute ville; sans elle, les entreprises et les talents ne peuvent prospérer. Encore cette année, les villes canadiennes dominent le classement nord-américain au chapitre de la sécurité personnelle : Vancouver, Toronto, Ottawa, Montréal et Calgary se sont toutes classées au 17e rang. L’Europe de l’Ouest continue de dominer le classement : Luxembourg a obtenu le titre de ville la plus sécuritaire du monde, suivie de Helsinki et des villes suisses de Bâle, Berne et Zurich à égalité au deuxième rang. Selon le classement 2019 de Mercer de la sécurité personnelle, Damas s’est classée dernière au 231e rang et Bangui en République centrafricaine avant-dernière au 230e rang.

« La sécurité des personnes tient compte d’un grand nombre de facteurs et varie constamment selon les circonstances et les conditions changeantes des villes et des pays année après année. Les multinationales doivent absolument prendre en considération ces facteurs au moment d’affecter des employés à l’étranger, tant en raison des préoccupations concernant la sécurité personnelle de l’employé expatrié que de sa grande incidence sur les coûts des programmes de rémunération internationaux, affirme Slagin Parakatil, conseiller principal de Mercer et responsable mondial des enquêtes de Mercer sur la qualité de vie. Afin de toujours être au fait des dernières informations sur la qualité de vie des endroits où sont affectés leurs employés à l’étranger, les entreprises ont besoin de données exactes et de méthodes objectives pour les aider à déterminer les coûts attribuables au changement du niveau de vie. »

RÉSULTATS PAR RÉGION

EUROPE
Les villes européennes continuent d’offrir la qualité de vie la plus élevée au monde : Vienne (1er rang), Zurich (2e rang) et Munich (3e rang) se classent première, deuxième et troisième non seulement en Europe, mais aussi dans le monde. Parmi les 20 premières positions mondiales, on retrouve 13 villes européennes. Les grandes capitales européennes parmi lesquelles on trouve Berlin (13e rang), Paris (39e rang) et Londres (41e rang) n’ont pas bougé dans le classement cette année, alors que Madrid (46e rang) a gagné trois positions et Rome (56e rang) a reculé d’un rang. Minsk (188e rang), Tirana (175e rang) et Saint-Pétersbourg (174e rang) sont demeurées en queue de peloton en Europe cette année, alors que Sarajevo (156e rang) a grimpé de trois positions en raison d’une baisse du taux de criminalité.

La ville la plus sécuritaire d’Europe est Luxembourg (1er rang), suivie de Bâle, Berne, Helsinki et Zurich qui arrivent ex æquo en deuxième place. Moscou (200e rang) et Saint-Pétersbourg (197e rang) étaient les villes les moins sécuritaires d’Europe cette année. Les villes d’Europe de l’Ouest qui ont le plus reculé entre 2005 et 2019 sont Bruxelles (47e rang), en raison des attaques terroristes récentes, et Athènes (102e rang), en raison de sa lente reprise après les bouleversements économiques et politiques qui ont suivi la crise financière mondiale.

AMÉRIQUE
En Amérique du Nord, les villes canadiennes continuent d’obtenir des pointages élevés. Vancouver se classe au 3e rang au chapitre de la qualité de vie globale et partage la première place au chapitre de la sécurité avec Toronto, Montréal, Ottawa et Calgary. Toutes les villes américaines faisant partie de l’enquête ont reculé au classement cette année – et c’est Washington DC (53e rang) qui a connu la plus forte baisse. Seule la ville de New York (44e rang) a gagné un rang, en raison de la baisse continue du taux de criminalité. Détroit demeure la ville américaine la moins bien classée cette année pour la qualité de vie. Port-au-Prince (228e rang), la capitale d’Haïti, obtient le pire résultat à ce chapitre pour l’Amérique. Les enjeux de stabilité intérieure et les manifestations au Nicaragua ont fait perdre cette année sept positions à Managua (180e rang) dans le classement de la qualité de vie. De plus, en raison des violences continues liées aux cartels et du taux de criminalité élevé, les villes mexicaines de Monterrey (113e rang) et de Mexico (129e rang) sont également demeurées à un bas niveau.

En Amérique du Sud, Montevideo (78e rang) demeure la première au chapitre de la qualité de vie, alors que l’instabilité continue a encore fait perdre neuf rangs à Caracas (202e rang) cette année pour ce qui est de la qualité de vie, et 48 rangs pour la sécurité, ce qui la place au 222e rang – soit la ville la moins sécuritaire de l’Amérique. Dans l’ensemble, le classement des autres principales villes est demeuré à peu près inchangé par rapport à l’an dernier, y compris celui de Buenos Aires (91e rang), de Santiago (93e rang) et de Rio de Janeiro (118e rang).

MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE
Dubaï (74e rang) continue d’obtenir le meilleur classement au chapitre de la qualité de vie au Moyen-Orient; elle est suivie de près par Abu Dhabi (78e rang). Par contre, Sana’a (229e rang) et Bagdad (231e rang) sont au bas du classement pour cette région. L’installation de nouvelles installations récréatives dans le cadre du plan Vision 2030 de l’Arabie saoudite a permis à Riyad (164e rang) de gagner un rang. D’autre part, une chute du taux de criminalité et une absence d’incidents terroristes au cours des douze derniers mois ont permis à Istanbul (130e rang) de grimper de quatre positions. Les villes les plus sécuritaires du Moyen-Orient sont Dubaï (73e rang) et Abu Dhabi (73e rang). Damas (231e rang) est la ville la moins sécuritaire au Moyen-Orient et aussi dans le monde.

En Afrique, Port-Louis (83e rang) est la ville la mieux classée cette année pour la qualité de vie et aussi la plus sécuritaire (59e rang). Certaines villes d’Afrique du Sud suivent de près au chapitre de la qualité de vie générale, notamment Durban (88e rang), Cape Town (95e rang) et Johannesburg (96e rang), et ce, malgré le fait que ces villes obtiennent de faibles cotes pour la sécurité personnelle. De plus, Cape Town a perdu un rang cette année en raison de problèmes liés à la rareté de l’eau. Inversement, Bangui (230e rang) a obtenu le pire score du continent et s’est également classée au plus bas au chapitre de la sécurité personnelle (230e rang). La progression de la Gambie vers l’instauration d’un système politique démocratique et l’amélioration des relations internationales et des droits de la personne ont permis à Banjul (179e rang) d’être la ville ayant connu la plus grande amélioration de la qualité de vie en Afrique, mais aussi dans le monde, avec un gain de six positions.

ASIE-PACIFIQUE
En Asie, Singapour (25e rang) offre la meilleure qualité de vie. Elle est suivie de cinq villes japonaises, soit Tokyo (49e rang), Kobe (49e rang), Yokohama (55e rang), Osaka (58e rang), et Nagoya (62e rang). Viennent ensuite Hong Kong (71e rang) et Séoul (77e rang), qui a gagné deux rangs cette année en raison du retour de la stabilité politique qui a suivi l’arrestation du président l’an dernier. En Asie du Sud-Est, d’autres villes se démarquent dont Kuala Lumpur (85e rang), Bangkok (133e rang), Manille (137e rang) et Jakarta (142e rang); et en Chine continentale : Shanghai (103e rang), Beijing (120e rang), Guangzhou (122e rang) et Shenzhen (132e rang). De toutes les villes de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud-Est, Singapour (30e rang) a obtenu le meilleur classement au chapitre de la sécurité personnelle en Asie, et Phnom Penh (199e rang), le moins bon. La sécurité continue d’être un enjeu dans les villes du centre de l’Asie, dont Almaty (181e rang), Tachkent (201e rang), Achgabat (206e rang), Douchanbé (209e rang) et Bichkek (211e rang).

En Asie du Sud, le classement des villes indiennes de New Delhi (162e rang), Mumbai (154e rang) et Bengaluru (149e rang) est demeuré inchangé par rapport à l’an dernier au chapitre de la qualité de vie; Colombo (138e rang) a obtenu le meilleur score. Au 105e rang, Chennai obtient le titre de la ville la plus sécuritaire de la région, alors que Karachi (226e rang) est la ville la moins sécuritaire.

La Nouvelle-Zélande et l’Australie continuent d’offrir une qualité de vie qui compte parmi les meilleures : Auckland (3e rang), Sydney (11e rang), Wellington (15e rang) et Melbourne (17e rang) demeurent dans les 20 premières positions. Toutes les grandes villes australiennes se classent parmi les 50 villes les plus sécuritaires : Auckland et Wellington arrivent en tête de l’Océanie à égalité en 9e place.

Voir le classement complet des villes selon la qualité de vie


NOTES AUX RÉDACTEURS
Le classement mondial est le résultat de l’Enquête mondiale sur la qualité de vie menée tous les ans par Mercer. Des rapports distincts sont produits pour chaque ville faisant l’objet de l’enquête. De plus, des rapports de comparaison entre une ville d’origine et une ville d’accueil sont offerts ainsi que des rapports de comparaison entre plusieurs villes. Pour obtenir de plus amples renseignements, rendez-vous à www.mercer.com/qualityofliving.

Les données ont été analysées entre septembre et novembre 2018 et seront régulièrement mises à jour pour tenir compte des circonstances changeantes. Les évaluations sont d’ailleurs rajustées si des faits nouveaux importants se présentent sur le plan politique, économique ou environnemental. Le classement est fourni aux médias à titre de référence et ne doit pas être publié en entier. Le nom des dix meilleures villes et des dix dernières villes de chacune des listes peut être diffusé sous forme de tableau.

Les renseignements et données que contiennent les rapports sur la qualité de vie sont fournis à titre informatif seulement et sont destinés à être utilisés par les multinationales, les organismes gouvernementaux et les municipalités. Ils ne sont pas conçus ou destinés à des fins d’investissement à l’étranger ni de tourisme. Mercer ne pourra en aucun cas être tenue responsable de toute décision ou mesure prise en fonction des résultats obtenus par l’utilisation des rapports ou par l’utilisation des renseignements ou des données contenus dans les rapports ou fournis par ces derniers. Même si les rapports ont été préparés selon des sources, des renseignements et des systèmes jugés fiables et exacts, ils sont fournis « tels quels », et Mercer se dégage de toute responsabilité relativement à la validité, à l’exactitude (ou autre qualité) des ressources et données utilisées pour la compilation des rapports. Mercer et ses sociétés affiliées ne font aucune déclaration et ne donnent aucune garantie quant aux rapports et nient toute garantie expresse, tacite ou légale de quelque ordre que ce soit, y compris, sans s’y limiter, toute garantie implicite ou déclaration quant à la qualité, à l’exactitude, à l’à-propos, à l’exhaustivité, à la qualité marchande et à l’adaptation à un usage particulier.

Qualité de vie – Attrait des villes : à l’intention des villes

Mercer aide également les municipalités à évaluer les facteurs qui peuvent améliorer leur rang au palmarès de la qualité de vie. Dans le contexte d’une économie mondialisée, les employeurs ont plusieurs choix quand vient le temps de déterminer où s’implanter et affecter leurs employés mobiles. La qualité de vie offerte par une ville peut être un facteur déterminant dans leur décision.

Dans beaucoup de villes, les dirigeants veulent connaître les facteurs qui influent sur la qualité de vie des résidents, pour pouvoir prendre des mesures qui amélioreront le classement de leur ville à ce chapitre. Mercer leur propose une approche-conseil globale qui les aide à progresser dans l’atteinte de leurs objectifs d’excellence ainsi qu’à attirer les multinationales et les employés prêts à travailler à l’étranger en améliorant les aspects visés par les critères d’évaluation de notre classement.

Recommandations de Mercer relativement aux indemnités de difficulté d’existence
Mercer évalue les conditions de vie locales dans plus de 450 villes faisant partie de son enquête mondiale. Les conditions de vie sont analysées selon 39 facteurs, regroupés en 10 catégories :

  • environnement politique et social (stabilité politique, taux de criminalité, maintien de l’ordre, etc.);
  • environnement économique (règlements concernant le taux de change, services bancaires);
  • environnement socioculturel (accès aux médias et censure, limites à la liberté des personnes);
  • soins médicaux et santé (fournitures et services médicaux, maladies infectieuses, égouts, collecte des ordures, pollution de l’air);
  • écoles et éducation (normes scolaires et accessibilité aux écoles internationales);
  • services publics et transports (électricité, aqueducs, transports en commun, congestion routière, etc.);
  • divertissements (restaurants, théâtres, cinémas, sports et loisirs);
  • biens de consommation (disponibilité des aliments et des articles de consommation courante, véhicules automobiles);
  • logement (logements locatifs, appareils ménagers, meubles, services d’entretien);
  • milieu naturel (climat, antécédents de catastrophes naturelles).

Les points accordés à chaque facteur sont pondérés en fonction de leur importance pour les expatriés et permettent de comparer objectivement les villes entre elles. Cette évaluation par facteurs produit un indice de la qualité de vie qui permet la comparaison des différences relatives entre les villes, en les appariant deux par deux. Pour une utilisation efficace des indices, Mercer a élaboré un tableau dont les sociétés peuvent se servir pour établir un rapport entre l’indice obtenu et le montant de l’allocation de qualité de vie. Ce tableau permet la recommandation d’un pourcentage rattaché à l’indice.

À PROPOS DE MERCER
Mercer offre des services-conseils et des solutions axées sur la technologie qui aident les organisations à répondre aux besoins changeants de leur main-d’œuvre dans les domaines Santé, Avoirs et Carrière. La Société compte plus de 22 000 employés répartis dans 44 pays et elle exerce ses activités dans plus de 130 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), la plus importante société de services professionnels d’envergure mondiale dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 65 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 14 milliards de dollars ainsi que de ses autres sociétés-conseils de premier ordre, soit Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh & McLennan aide ses clients à naviguer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter @MercerCanada.

COORDONNÉES