Selon Mercer, peu importe si on prévoit un marché haussier ou baissier, il est temps de réévaluer votre risque

Salle de nouvelles

Selon Mercer, peu importe si on prévoit un marché haussier ou baissier, il est temps de réévaluer votre risque

  • Le 18 janvier 2018
  • Canada, Montréal

Les leaders mondiaux de la consultation suggèrent aux promoteurs de régimes de profiter de l’occasion et de préparer leurs régimes de retraite pour l’avenir.

Mercer, chef de file mondial en matière de consultation pour l’amélioration de la santé, des avoirs et de la carrière et filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), incite les promoteurs de régimes à évaluer dès maintenant les risques associés à leurs régimes de retraite, peu importe si les marchés boursiers se maintiennent à leurs sommets historiques ou non.

C’est la suggestion qui a été faite lors du lancement de la 26e édition de la série de déjeuners-causeries annuels Perspectives sur les régimes de retraite et prévisions de Mercer, qui a eu lieu à Toronto. Dans cette série de rencontres, on présente des prévisions quant au rendement des marchés en 2018 et procure des conseils éclairés sur la façon de préparer son régime de retraite pour l’avenir.

« Que la tendance du marché soit à la hausse ou à la baisse, les employeurs et les promoteurs de régimes doivent faire face aux enjeux démographiques et d’épargne-retraite, explique Jean-Philippe Provost, responsable du domaine Avoirs de Mercer au Canada. Afin d’assurer aux travailleurs canadiens une retraite confortable, nous devons faire preuve d’audace. Nous encourageons les employeurs et les promoteurs de régime à prendre les mesures nécessaires pour combler l’écart relatif à l’épargne-retraite»

MARCHÉ HAUSSIER OU BAISSIER?

Les régimes de retraite canadiens sont bien capitalisés en ce début 2018. Cette situation est en partie attribuable à la bonne performance des actions sur la scène mondiale. Mais ces forts rendements du marché peuvent-ils se maintenir encore bien des années? Les banques centrales remplacent progressivement les assouplissements quantitatifs par le resserrement quantitatif, des risques géopolitiques sont toujours présents – particulièrement en Asie –, et on ne sait pas si les réformes fiscales aux États-Unis auront un effet bénéfique.

Malgré ces risques, on perçoit aussi des signes de vigueur : les banques centrales ont démontré leur capacité à maintenir l’inflation à des taux positifs faibles, les impôts sont réduits aux États-Unis et les marchés de l’emploi sont vigoureux.

ÊTRE CONSCIENT DE L’ÉCART

Du point de vue des placements et à la lumière de cette incertitude, les promoteurs de régimes devront adopter une stratégie de réduction des risques fondée sur leur horizon de placement. Ils devront aussi composer avec les réalités démographiques et fiscales à long terme : la population du Canada est vieillissante et nous n’épargnons pas assez d’argent pour nous assurer une retraite confortable.

Au Canada, il existe un écart de 2 500 milliards de dollars américains entre l’épargne-retraite accumulée et les besoins prévus de revenus à la retraite. On prévoit que cet écart se creusera encore davantage pour atteindre 13 400 milliards de dollars américains d’ici 2050. Cet écart est attribuable non seulement à l’évolution de la démographie, mais aussi des fondements de l’épargne et des connaissances financières :

  • Accès à une protection – Comme la flexibilité gagne en popularité dans le monde du travail, l’accès à des régimes de retraite d’entreprises diminuera de plus en plus.
  • Environnement économique de faible croissance à long terme – Au cours de la dernière décennie, les rendements à long terme ont été inférieurs à la moyenne historique à l’échelle mondiale, ce qui exerce beaucoup de pressions sur les promoteurs de régimes.
  • Faible niveau de connaissances financières – Au Canada, le niveau de connaissances financières de la population est généralement assez faible – 60 % des employés ressentent du stress face à leur situation financière.
  • Niveaux d’épargne-retraite inadéquats – Les Canadiens n’épargnent tout simplement pas assez en vue de la retraite, et les taux de rendement sont inférieurs aux attentes des épargnants.
  • Déséquilibre hommes-femmes dans l’épargne à long terme – Souvent, les femmes reçoivent un salaire moindre et passent de plus longues périodes de temps en dehors du marché du travail. Si on combine cette réalité avec une espérance de vie plus longue, on obtient un déficit d’épargne-retraite encore plus grand pour les femmes que les hommes.

Même si la longévité et le déficit d’épargne-retraite représentent des défis de taille, il est possible de les relever. Les gouvernements et les employeurs devront toutefois être prêts à faire preuve d’audace.

PRENDRE DES MESURES AUDACIEUSES POUR LE COMBLER

Les gouvernements de partout au pays entreprennent des démarches pour assurer la pérennité des régimes de retraite. En décembre, l’Ontario a annoncé de nouvelles règles de capitalisation qui amélioreront la gouvernance des régimes de retraite et permettront de trouver un meilleur équilibre entre la stabilité des cotisations et la sécurité des prestations. Ces changements emboîtent le pas à des changements similaires qui ont été promulgués au Québec, ce qui exercera sans doute des pressions sur les décideurs canadiens afin qu’ils adoptent des mesures semblables.

Mais il faut en faire plus.

Lors de l’événement de Toronto, Mercer a présenté des mesures audacieuses et concrètes pour garantir la sécurité du revenu des Canadiens, peu importe leur revenu :

  • Lancer une révolution de la santé financière – Donner aux employés les outils qui favoriseront leur santé financière et concevoir ces outils de façon à rendre l’épargne-retraite attrayante et valorisante.
  • Aider les employés à comprendre la valeur de la planification financière – Puisque les responsabilités de placement continuent d’être transférées aux participants de régimes, les employeurs doivent inculquer à ces participants les connaissances nécessaires pour pouvoir apprécier la valeur d’un « bon » plan financier, comprendre et gérer leurs risques, et savoir quels outils sont appropriés pour chaque situation.
  • Créer de bons régimes qui produisent des résultats – Les employés qui ont toujours accès à un régime de retraite devront être bien préparés pour l’avenir. Dans un monde où la retraite d’un travailleur peut durer plus de 25 ans, l’horizon de placement habituel pourrait devoir être complètement revu. Dans le cas des régimes à prestations déterminées, certains avantages accessoires qui étaient garantis devront peut-être être assujettis à l’atteinte de certains paramètres financiers. Les promoteurs de régimes devront aider les employés à « s’aider eux-mêmes » en incluant dans la structure des régimes à cotisations déterminées des paramètres tels que la cotisation minimale obligatoire et son augmentation automatique au fil du temps.

La 26e édition de la série de séminaires Perspectives sur les régimes de retraite et prévisions de Mercer se tiendra à travers le Canada, du 18 janvier au 20 février 2018. Pour en savoir plus, allez à https://www.mercer.ca/fr/notre-philosophie/perspectives-sur-les-regimes-de-retraite.html

À PROPOS DE MERCER
Mercer offre des services-conseils et des solutions axées sur la technologie qui aident les organisations à répondre aux besoins changeants de leur main-d’œuvre dans les domaines Santé, Avoirs et Carrière. La Société compte plus de 22 000 employés répartis dans 44 pays et elle exerce ses activités dans plus de 130 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), la plus importante société de services professionnels d’envergure mondiale dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 60 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 13 milliards de dollars ainsi que de ses sociétés-conseils de premier ordre, soit Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh & McLennan aide ses clients à naviguer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter à l’adresse @MercerCanada.

COORDONNÉES