Mieux-être financier 2018 | Mercer Canada

Selon une étude de Mercer, la culture financière n’est pas synonyme de mieux-être financier pour les employés canadiens.

Selon une étude de Mercer, la culture financière n’est pas synonyme de mieux-être financier pour les employés canadiens.

  • Le 9 mai 2018
  • Montréal, Canada

Une étude de Mercer révèle que les préoccupations financières touchent tous les niveaux de revenu; la plupart des travailleurs de plus de 50 ans n’ont pas de stratégie d’épargne-retraite; le mieux-être financier des femmes est inférieur à celui des hommes

FAITS SAILLANTS

  • Seulement le tiers des répondants âgés de plus de 50 ans affirment avoir une stratégie de gestion et d’utilisation de leur épargne-retraite.
  • Moins de la moitié des femmes consultées (43 %) se disent connaissantes ou suffisamment connaissantes en matière de finances (contre 58 % des hommes).
  • Près de 20 % des ménages dont les revenus annuels se situent entre 100 000 $ et 150 000 $ estiment qu’ils n’ont pas le contrôle de leur situation financière.

Mercer est un chef de file mondial en matière de consultation en santé, avoirs et carrière, et une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York). Mercer a dévoilé aujourd’hui les résultats de son enquête Dans la tête des employés portant sur le mieux-être financier. Plus de 1 500 employés à l’échelle du Canada ont été sondés sur leurs attitudes, préférences et comportements en matière de finances pour identifier les mesures que les employeurs peuvent prendre pour aider les travailleurs à atteindre le mieux-être financier.

Les résultats de l’enquête indiquent que malgré des niveaux élevés de culture financière, les connaissances ne se traduisent pas en actions, en sécurité financière ni en mieux-être. Les résultats révèlent, entre autres, qu’un peu plus de la moitié des répondants (51 %) ont affirmé être connaissants en matière de finances – le même pourcentage que pour les répondants qui ont obtenu un score élevé dans un test de culture financière générale. Toutefois, sept répondants sur dix ont indiqué qu’ils auraient de la difficulté à absorber un choc financier (correspondant à trois mois de travail); 39 % ont révélé que leurs versements mensuels sur prêts sont supérieurs à leur salaire net; et 51 % ont indiqué être stressés par les questions financières.

« Il n’est pas rare de constater que la culture financière ne se traduit pas en mieux-être financier, indique Stéphanie Mariamo, conseillère principale du domaine Avoirs de Mercer au Canada. On le constate à tous âges et niveaux de revenu, tant chez les femmes que les hommes. En plus de miser sur la productivité, la mobilisation et la santé des employés, les employeurs devraient également participer activement à la recherche de solutions qui aident les employés à faire le pont entre la culture financière et leur mieux-être financier. »

Le mieux-être financier a des ramifications qui ne se limitent pas à la sécurité à la retraite et à la culture financière. L’enquête de Mercer révèle qu’il faut répondre à quatre questions pour déterminer si une personne a atteint le bien-être financier :

  • Les employés ont-ils l’impression d’avoir le contrôle de leurs finances de jour en jour et d’un mois à l’autre? Savent-ils quelles sont leurs rentrées et sorties de fonds, et se sentent-ils à l’aise avec cela?
  • Les employés ont-ils la capacité d’amortir un choc financier? S’ils devaient débourser 500 $ immédiatement, le pourraient-ils?
  • Les employés réalisent-ils de réels progrès dans l’atteinte de leurs objectifs financiers? En plus d’épargner pour la retraite, sont-ils en mesure d’atteindre des objectifs à plus court terme comme mettre de l’argent de côté pour rénover leur maison ou partir en vacances?
  • Les employés ont-ils une liberté financière leur permettant de faire des choix pour profiter de la vie? Par exemple, ont-ils les moyens de voyager? Peuvent-ils prendre leur retraite quand ils le désirent?

D’après les résultats de l’enquête, malgré que les programmes de mieux-être financier soient considérés comme un facteur important dans le choix d’un nouvel employeur (30 %), peu d’employés font confiance à leur employeur pour obtenir des renseignements ou conseils financiers. En fait, seulement 40 % des travailleurs interrogés affirment faire confiance à leur employeur, contre 72 % qui font confiance à leur conseiller financier personnel.

Les employeurs se doivent de trouver des façons d’inspirer confiance et de soutenir le mieux-être financier des employés, surtout pour ceux qui en ont le plus besoin, notamment les femmes et les employés qui approchent de l’âge de la retraite.

Moins de la moitié des femmes interrogées (43 %) se disent connaissantes ou suffisamment connaissantes en matière de finances (contre 58 % des hommes). De plus, 67 % des répondantes vivent du stress lié à leur situation financière. Voici deux conseils susceptibles d’aider les employeurs à adapter leurs programmes de mieux-être financier aux femmes : offrir du counseling entre femmes et organiser des ateliers de mieux-être financier animés par des conseillères qui ne sont pas au service de l’entreprise.

Bien que la retraite soit un sujet étroitement lié au mieux-être financier, les employés ne peuvent épargner en vue de la retraite s’ils ne sont pas en bonne position financière au quotidien. Les employeurs doivent aider leurs travailleurs aujourd’hui s’ils veulent qu’ils puissent s’attaquer à leur planification financière future.

« Il n’existe pas de programme universel permettant aux employeurs d’aider leurs employés, poursuit Stéphanie Mariamo. Il est important d’adapter les programmes de mieux-être à la main-d’œuvre de chaque entreprise afin de favoriser la productivité et la mobilisation, sans oublier la santé globale de tous les employés. »

Mercer Canada a lancé son propre indice de mieux-être financier permettant aux organisations d’évaluer le mieux-être financier de leurs employés en le comparant aux résultats de l’ensemble du marché canadien.

MÉTHODOLOGIE DE L’ENQUÊTE
Boston Research Technologies a mené un sondage en ligne pour Mercer auprès de 1 500 employés canadiens du 23 au 29 mai 2017. La marge d’erreur associée à un échantillon aléatoire de cette taille est de ±2,5 %, à un intervalle de confiance de 95 %.

À PROPOS DE MERCER
Mercer offre des services-conseils et des solutions axées sur la technologie qui aident les organisations à répondre aux besoins changeants de leur main-d’œuvre dans les domaines Santé, Avoirs et Carrière. La Société compte plus de 23 000 employés répartis dans 44 pays et elle exerce ses activités dans plus de 130 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), la plus importante société de services professionnels d’envergure mondiale dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 65 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 14 milliards de dollars ainsi que de ses sociétés-conseils de premier ordre, soit Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh & McLennan aide ses clients à naviguer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe. Pour de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter @MercerCanada.

COORDONNÉES