Le Canada conserve un classement stable dans l’Indice mondial sur les systèmes de retraite, mais il existe toujours une disparité entre les sexes dans le revenu de retraite

19 octobre 2021

Canada, Montréal

 

  • L’indice mondial Mercer CFA Institute sur les systèmes de retraite compare 43 systèmes de régimes de retraite, couvrant deux tiers de la population mondiale
  • Nouvellement incluse dans l’indice, l’Islande arrive en tête de liste
  • Le Canada conserve sa cote B et passe du 9e au 12e rang 
  • Les causes de l’écart entre les sexes dans les systèmes de retraite sont variées, et tous les systèmes présentent des lacunes

Le système de revenu de retraite de l’Islande a été nommé le meilleur au monde après avoir été inclus pour la première fois dans l’indice mondial Mercer CFA Institute sur les systèmes de retraite, qui en est à sa treizième édition. Les Pays-Bas et le Danemark se sont emparés respectivement du deuxième et du troisième rangs, après une décennie de compétition pour la première place. L’étude révèle également que les systèmes de retraite peuvent prendre de nombreuses mesures pour réduire l’écart de rente entre les sexes, un problème inhérent à chaque système.

 

L’indice mondial Mercer CFA Institute sur les systèmes de retraite est une étude exhaustive des systèmes de retraite mondiaux et couvre deux tiers (65 %) de la population mondiale. Il établit un cadre de référence permettant de comparer les systèmes de revenu de retraite à l’échelle mondiale et permet de faire ressortir certaines lacunes dans le système de chaque pays et de proposer des points de réforme pouvant mener à des prestations de retraite plus adéquates et plus viables. Les trois meilleurs systèmes, qui ont tous reçu une cote de A, sont des systèmes viables et bien gouvernés, qui offrent des prestations importantes aux particuliers.

 

La présidente et chef de la direction du CFA Institute, Mme Margaret Franklin, CFA, a déclaré qu’il était plus important que jamais de comprendre comment les prestations de retraite peuvent être améliorées.

 

« La pandémie a exacerbé les inégalités socio-économiques dans bien des régions du monde. De plus, du point de vue des placements à long terme, nous évoluons dans un contexte extrêmement difficile, caractérisé par des taux d’intérêt historiquement bas et, dans certains cas, des rendements négatifs qui ont une incidence marquée sur les rendements », a affirmé Mme Franklin.

 

« Le problème est aggravé par l’écart entre les sexes dans les systèmes de retraite, qui pose d’autres problèmes urgents, notamment des prestations de retraite inférieures pour les femmes. En gardant ces préoccupations à l’esprit, la promesse d’une retraite assurée dépend de la prise de mesures collectives par les décideurs et les intervenants de l’industrie pour examiner les forces et les faiblesses des systèmes de retraite, dans le but de fournir de meilleures prestations de retraite à chaque particulier », a-t-elle souligné.

 

Membre principal du partenariat de Mercer et auteur de l’étude, M. David Knox, s’est dit d’accord avec Mme Franklin et a indiqué qu’il était impératif que les intervenants dans le secteur des régimes de retraite agissent dès maintenant.

 

« Les gouvernements du monde entier ont réagi à la COVID-19 en instaurant d’importantes mesures de stimulation économique, qui ont contribué à faire augmenter la dette publique, réduisant ainsi la possibilité pour les gouvernements de soutenir la population âgée à l’avenir.  Dans le monde entier, les régimes de retraite évoluent davantage vers des régimes de type accumulation de capital, qui s’éloignent des régimes traditionnels à prestations définies. Malgré les défis, le moment n’est pas venu de freiner la réforme des systèmes de retraite. En fait, il est plutôt temps de l’accélérer. Les particuliers doivent assumer de plus en plus de responsabilités à l’égard de leur propre revenu de retraite, et ils doivent être soutenus et protégés par une réglementation et une gouvernance solides », a déclaré M. Knox.

 

Écarts dans les rentes entre les sexes

Selon l’analyse de l’indice mondial Mercer CFA Institute, il n’y a pas de cause unique de la différence entre les sexes dans les systèmes de retraite, malgré les écarts importants entre les régions quant au niveau de revenu de retraite selon les sexes.

 

« Les causes de l’écart dans les rentes entre les sexes sont multiples et variées. Chaque pays et chaque région a des problèmes liés à l’emploi ou à la conception des régimes de retraite et des problèmes d’ordre socioculturel qui contribuent à ce que les femmes soient beaucoup plus défavorisées que les hommes en ce qui concerne le revenu de retraite », a affirmé M. Knox.

 

Bien que les problèmes liés à l’emploi sont les principaux facteurs contributifs et qu’ils sont bien connus (plus de travailleuses à temps partiel, périodes hors du marché du travail pour assumer des responsabilités liées aux soins et salaires moyens inférieurs), l’étude a révélé que les failles dans la conception des régimes de retraite aggravent le problème. Ces failles comprennent notamment l’accumulation non obligatoire des prestations de retraite pendant le congé parental, l’absence d’accumulation de droits à pension pendant la période où une personne s’occupe de jeunes enfants ou de parents âgés, dans la plupart des systèmes, et l’absence d’indexation des rentes pendant la retraite, qui a une incidence plus importante sur les femmes en raison de leur espérance de vie plus longue.

 

« Nous savons que réduire l’écart dans les rentes entre les sexes constitue un défi de taille, compte tenu du lien étroit entre la retraite et les tendances en matière d’emploi et de revenu. Nous ne pouvons toutefois pas nous permettre de demeurer inactifs à la lumière de la pauvreté chez les personnes âgées, d’autant plus répandue chez les femmes », a indiqué M. Knox.

 

Les régimes de retraite peuvent prendre des mesures en ce sens. Pour commencer, ils doivent éliminer les restrictions à l’admissibilité afin que plus de gens puissent adhérer à des instruments de retraite liés à l’emploi. Peu importe le revenu gagné, le nombre d’heures travaillées ou les années de service cumulées, chaque personne devrait pouvoir participer à un régime de retraite qui procure des prestations adéquates.

 

« Les régimes de retraite peuvent également introduire l’accumulation de droits pour ceux qui prennent soin de jeunes enfants et de personnes âgées. Les aidants naturels fournissent un service précieux à la collectivité et ne devraient pas être pénalisés à la retraite pour le temps passé hors du marché du travail », a-t-il déclaré.

 

Le Canada conserve sa cote B

Le Canada a conservé sa cote B et augmenté légèrement sa valeur dans l’indice, qui est passée de 69,3 en 2020 à 69,8 en 2021, principalement en raison de l’augmentation du taux d’épargne des ménages et du taux de croissance économique réelle.

 

« Bien que le système de retraite du Canada continue de bien se classer à l’échelle mondiale, il y a des risques qui doivent être pris en compte et auxquels nous devons nous attaquer », a mentionné F. Hubert Tremblay, conseiller principal du domaine Avoirs de Mercer Canada. « Bien que la COVID-19 ait eu une incidence disproportionnée sur l’épargne-retraite de certains groupes, tels que les femmes, des écarts entre les sexes dans l’épargne-retraite existent depuis longtemps.  Les employeurs sont encouragés à revoir la conception de leurs régimes de retraite, ainsi que d’autres programmes de rémunération, pour s’assurer qu’ils ne désavantagent pas inconsciemment les femmes au sein de leurs effectifs. »

 

« La majorité de la main-d’œuvre du Canada est laissée à elle-même pour épargner pour la retraite, sans l’avantage d’un régime de retraite d’employeur », a souligné M. Tremblay.  « L’augmentation de la couverture de retraite demeure l’une des plus grandes occasions de renforcer le système de retraite du Canada.  Les employeurs peuvent verser une rente à leurs employés, tout en déléguant les responsabilités de gouvernance et d’administration à un tiers, en adhérant à un régime collectif de retraite à prestations déterminées ou en offrant un régime de retraite à cotisations déterminées via un fournisseur externe. »

 

Ce que disent les chiffres

L’Islande a présenté la valeur globale de l’indice la plus élevée (84,2), suivie de près par les Pays-Bas (83,5). La Thaïlande a obtenu la plus faible valeur de l’indice (40,6).

 

L’indice utilise la moyenne pondérée de ses sous-indices portant sur la suffisance, la viabilité et l’intégrité. En ce qui a trait aux sous-indices, les systèmes ayant obtenu les valeurs les plus élevées sont ceux de l’Islande pour la suffisance (82,7) et la viabilité (84,6), et de la Finlande pour l’intégrité (93,1). Les systèmes ayant obtenu les valeurs les plus faibles selon les sous-indices sont ceux de l’Inde pour la suffisance (33,5), de l’Italie pour la viabilité (21,3) et des Philippines pour l’intégrité (35,0).

 

Par rapport à 2020, la Chine et le Royaume-Uni sont les pays qui se sont le plus améliorés par suite d’une importante réforme des régimes de retraite, qui a permis d’améliorer les résultats pour les particuliers et la réglementation en matière de régimes de retraite.

 

Indice mondial Mercer CFA Institute sur les systèmes de retraite de 2021

Système

Valeur globale de l’indice

Valeur des sous-indices

Suffisance

Viabilité

Intégrité

 Argentine (42)

41,5

52,7

27,7

43,0

 Australie (6)

75,0

67,4

75,7

86,3

 Autriche (33)

53,0

65,3

23,5

74,5

 Belgique (17)

64,5

74,9

36,3

87,4

 Brésil (30)

54,7

71,2

24,1

71,2

 Canada (12)

69,8

69,0

65,7

76,7

 Chili (16)

67,0

57,6

68,8

79,3

 Chine (28)

55,1

62,6

43,5

59,4

 Colombie (25)

58,4

62,0

46,2

69,8

 Danemark (3)

82,0

81,1

83,5

81,4

 Finlande (7)

73,3

71,4

61,5

93,1

 France (21)

60,5

79,1

41,8

56,8

 Allemagne (14)

67,9

79,3

45,4

81,2

 Hong Kong (RAS) (18)

61,8

55,1

51,1

87,7

 Islande (1)

84,2

82,7

84,6

86,0

 Inde (40)

43,3

33,5

41,8

61,0

 Indonésie (35)

50,4

44,7

43,6

69,2

 Irlande (13)

68,3

78,0

47,4

82,1

 Israël (4)

77,1

73,6

76,1

83,9

 Italie (32)

53,4

68,2

21,3

74,9

 Japon (36)

49,8

52,9

37,5

61,9

 Corée (38)

48,3

43,4

52,7

50,0

 Malaisie (23)

59,6

50,6

57,5

76,8

 Mexique (37)

49,0

47,3

54,7

43,8

 Pays-Bas (2)

83,5

82,3

81,6

87,9

 Nouvelle-Zélande (15)

67,4

61,8

62,5

83,2

 Norvège (5)

75,2

81,2

57,4

90,2

 Pérou (29)

55,0

58,8

44,2

64,1

 Philippines (41)

42,7

38,9

52,5

35,0

 Pologne (27)

55,2

60,9

41,3

65,6

 Arabie saoudite (26)

58,1

61,7

50,9

62,5

 Singapour (10)

70,7

73,5

59,8

81,5

 Afrique du Sud (31)

53,6

44,3

46,5

78,5

 Espagne (24)

58,6

72,9

28,1

78,3

 Suède (8)

72,9

67,8

73,7

80,0

 Suisse (11)

70,0

65,4

67,2

81,3

 Taïwan (34)

51,8

40,8

51,9

69,3

 Thaïlande (43)

40,6

35,2

40,0

50,0

 Turquie (39)

45,8

47,7

28,6

66,7

 Émirats arabes unis (22)

59,6

59,7

50,2

72,6

 Royaume-Uni (9)

71,6

73,9

59,8

84,4

 Uruguay (20)

60,7

62,1

49,2

74,4

 États-Unis (19)

61,4

60,9

63,6

59,2

Moyenne

61,0

62,2

51,7

72,1

 

À propos de l’indice mondial Mercer CFA Institute sur les systèmes de retraite

L’indice mondial sur les systèmes de retraite établit un cadre de référence permettant de comparer les systèmes de revenu de retraite à l’échelle mondiale, afin de faire ressortir certaines lacunes dans le système de chaque pays et de proposer des points de réforme pouvant mener à des prestations de retraite plus adéquates et plus viables.

 

L’indice mondial sur les systèmes de retraite est un projet de recherche collaborative parrainé par le CFA Institute, association mondiale de spécialistes en placement, en collaboration avec le Monash Centre for Financial Studies (MCFS), qui fait partie du Monash Business School de l’Université Monash, et Mercer, un chef de file mondial dans la transformation du monde du travail et la redéfinition des perspectives de retraite et de placement.

 

Cette année, l’indice mondial sur les systèmes de retraite compare 43 systèmes de retraite de partout dans le monde et couvre deux tiers (65 %) de la population mondiale. L’indice mondial sur les systèmes de retraite de 2021 comprend quatre nouveaux systèmes : l’Islande, Taïwan, les Émirats arabes unis et l’Uruguay.

 

L’indice mondial sur les systèmes de retraite utilise la moyenne pondérée de ses sous-indices portant sur la suffisance, la viabilité et l’intégrité pour évaluer chaque système de retraite en fonction de plus de 50 indicateurs.

 

Pour de plus amples renseignements sur l’indice mondial Mercer CFA Institute sur les systèmes de retraite, cliquez ici.

 

À propos de Mercer

Mercer croit que l’on peut travailler à façonner un brillant avenir en transformant le monde du travail, en redéfinissant les perspectives de retraite et de placement et en optimisant concrètement la santé et le bien-être de tous. La Société compte environ 25 000 employés répartis dans 43 pays et elle exerce ses activités dans 130 pays. Mercer est une société de Marsh McLennan (symbole MMC à la Bourse de New York), chef de file mondial en services professionnels dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain, qui compte 78 000 employés et dégage un chiffre d’affaires annualisé de plus de 18 milliards de dollars. Par l’intermédiaire de ses sociétés-conseils de premier ordre, soit Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh McLennan aide ses clients à composer avec un environnement de plus en plus dynamique et complexe. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter @MercerCanada.

 

À propos du CFA Institute

Le CFA Institute est une association mondiale de spécialistes en placement chargée de définir les normes relatives à l’excellence professionnelle et aux titres de compétence. L’organisation est un défenseur des comportements éthiques sur les marchés des investissements et une source respectée de connaissances au sein de la communauté financière internationale. Elle a pour objectif de créer un environnement au sein duquel les intérêts des investisseurs ont la priorité, les marchés fonctionnent de manière optimale et les économies prospèrent. Le CFA Institute compte plus de 175 000 détenteurs du titre CFA répartis dans plus de 160 marchés. Le CFA Institute compte neuf bureaux dans le monde et regroupe 160 sociétés locales. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.cfainstitute.org ou suivez-nous sur LinkedIn et Twitter à @CFAInstitute.

 

À propos du Monash Centre for Financial Studies (MCFS)

Le MCFS, un centre de recherche du Monash Business School de l’Université Monash à Melbourne, a pour objectif de mener des recherches rigoureuses sur les enjeux d’intérêt pratique pour le secteur des finances. De plus, grâce à ses programmes de participation, il facilite l’échange de connaissances entre les chercheurs et les professionnels. Le programme de recherche du MCFS est évolutif et diversifié, mais il se concentre actuellement sur les enjeux relatifs au secteur de la gestion d’actif, y compris l’épargne-retraite, les finances durables et les perturbations technologiques. 

Personne-ressource :