Mercer Canada | Indice mondial : Les rentes pour réduire les risques

Mercer Canada | Indice mondial : Les rentes pour réduire les risques

Indice mondial Mercer : les rentes pour réduire les risques

  • 25 mars 2015
  • Canada, Montréal
  • Le coût relatif des rentes demeure généralement stable sur l’ensemble des marchés des régimes PD
  • Les fluctuations rapides sur les marchés locaux offrent des occasions aux répondants de régimes bien préparés
  • Une augmentation du nombre d’achats de rentes avec transfert des engagements est prévue au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni

En 2014, le coût moyen d’un achat de rentes avec transfert des engagements pour un régime de retraite à prestations déterminées (PD) a été généralement stable, en proportion du passif comptable, sur cinq marchés clés pour les régimes PD, selon l’indice mondial Mercer sur l’achat de rentes. Toutefois, des variations importantes sont survenues d’un marché à un autre. L’indice fait le suivi du coût d’un achat de rentes assurées par rapport aux obligations correspondantes divulguées aux états financiers au titre d’un régime de retraite au Canada, en Irlande, aux États-Unis, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Le marché des Pays-Bas s’est démarqué en 2014, car l’indice y a régressé de façon marquée, contrairement à ce qui s’est passé dans les autres marchés.

Selon l’indice, les assureurs de certains pays ont continué d’offrir des conditions favorables pendant certaines périodes – souvent seulement de quelques semaines. Les gestionnaires et les répondants de régimes qui ont investi dans le but d’améliorer la qualité des données de leur régime, leurs actifs de même que la structure de gouvernance de leur régime sont les plus susceptibles de pouvoir profiter de ces conditions avantageuses.

« La tarification des assureurs a généralement résisté à la volatilité des marchés, mais nous avons observé des fluctuations mensuelles importantes dans certains marchés, en raison des mesures comptables locales, explique Benoît Hudon, membre du partenariat et responsable de l’innovation au sein du domaine Retraite – Canada de Mercer. Cette situation fait ressortir la nécessité pour les gestionnaires et les répondants de régimes PD d’être prêts et de vérifier fréquemment si l’évolution de la tarification des assureurs rejoint leurs seuils préétablis, de sorte qu’ils puissent agir rapidement lorsque la tarification devient plus avantageuse pour leur régime. »

CANADA
Au Canada, la prime à l’achat de rentes avec transfert des engagements correspondait à 105 % des passifs comptables d’un régime en décembre 2013, et elle avait diminué à 103 % en juin 2014. Ainsi, le premier semestre de 2014 semble avoir été le moment idéal pour les régimes pour réaliser une transaction, du point de vue de l’incidence sur les états financiers de l’entreprise, car les coûts relatifs ont augmenté pendant le reste de l’année : ils ont approché des 110 % en raison de la variation des écarts pour risque de crédit et de la tarification plus prudente de la part des assureurs. Le marché est toutefois demeuré actif tout au long de 2014, les achats de rentes s’élevant à environ 2,5 milliards de dollars canadiens, et surpassant le record précédent de 2,2 milliards de dollars canadiens établi en 2013. Mercer prévoit une croissance de la demande de rentes, alors que les répondants de régimes continuent de rechercher des moyens de réduire les risques liés à leur régime de retraite. 

En mars 2015, Mercer a agi comme société-conseil pour la première transaction de transfert du risque de longévité lié à un régime de retraite canadien; elle a été conclue entre Bell Canada et la Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie. « À 5 milliards de dollars canadiens, elle constitue la plus importante transaction de transfert de risques liés à un régime de retraite de l’histoire du Canada, précise M. Hudon. Cette solution novatrice de gestion du risque de longévité témoigne d’une tendance croissante à réduire les risques associés au passif des régimes de retraite. »

ROYAUME-UNI
The Pour assurer les rentes des régimes de retraite, il en coûte plus cher au Royaume-Uni que sur d’autres marchés, puisque dans ce pays, le passif des régimes de retraite est habituellement indexé à l’inflation. La tarification relative a légèrement baissé au premier semestre de 2014 au Royaume-Uni, passant de 124 % en décembre 2013, à un creux de 121 % en juin 2014, avant de remonter graduellement à 127 % en décembre 2014. Le marché des rentes est florissant dans ce pays, les primes totales associées à ces transactions en 2014 surpassant 12 milliards de livres sterling. Mercer a agi à titre de société-conseil principale pour 25 % de toutes les transactions liées aux rentes jamais réalisées au Royaume-Uni ainsi que dans le cadre de chacun des quatre achats impliquant des primes de plus de 1 milliard de livres sterling (£) (Thorn : 1,1 milliard £; T&N : 1,1 milliard £; EMI : 1,5 milliard £; TRW : 2,5 milliards £).

According to David Ellis, Mercer’s UK Leader Bulk Pensions Insurance Advisory, “Although three £1 billion plus deals have driven this record-breaking figure, activity amongst small to mid-sized pension plans remains vibrant despite low market yields.”.

ÉTATS-UNIS
Aux États-Unis, l’activité a augmenté; deux transactions importantes ont été annoncées en 2014 (BMY : 1,4 milliard $ US et MSI : 3,1 milliards $ US) et une autre est survenue en février 2015 (Kimberly-Clark : 2,5 milliards $ US). Ces mégatransactions s’ajoutent à plus de 300 transactions de moins grande envergure totalisant quelque 9 à 10 milliards de dollars américains depuis 2011. Même si par le passé, la majorité des achats de rentes ont été effectués dans le cadre de terminaisons de régimes, il y a eu une hausse importante de la proportion de répondants de régimes qui achètent des rentes afin de transférer le risque lié aux retraités seulement.

Cette hausse d’activité est principalement attribuable à l’augmentation des primes exigées par la Pension Benefit Guaranty Corporation (PBGC) et au fait que la tarification des rentes peut être plus attrayante que le passif reflété dans les états financiers. D’après l’indice, le coût des rentes comparativement au passif reflété dans les états financiers est resté relativement stable en 2014, à environ 109 %. Toutefois, comme les répondants de régimes ont adopté de nouvelles hypothèses de mortalité pour la présentation de l’information financière de fin d’exercice, le coût moyen a été ramené à environ 105 %. Le changement des hypothèses découle de la publication de nouvelles tables de mortalité par la Society of Actuaries en octobre 2014. Or, les prévisions d’augmentation de l’espérance de vie ayant probablement déjà été prises en compte par les assureurs, elles n’ont en général pas eu d’incidence sur le prix d’achat de rentes. Ainsi, un achat de rentes avec transfert des engagements est désormais plus intéressant, compte tenu du passif reflété aux états financiers aux États-Unis, et Mercer s’attend à une hausse de ces achats en 2015.

IRLANDE
En Irlande, le marché des rentes a été plutôt calme tout au long de 2014, quoique le coût relatif d’un achat de rentes par rapport au passif comptable ait diminué légèrement pendant l’année, passant de 118 % en décembre 2013 à 115 % en décembre 2014. Bon nombre de sociétés irlandaises ont vu le passif comptable de fin d’exercice de leur régime de retraite PD augmenter considérablement par rapport à l’an dernier en raison de la chute des taux obligataires à long terme en 2014. Le programme d’assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE) exercera probablement d’autres pressions à la baisse sur les taux à court terme, ce qui rendra tout renversement immédiat de la tendance à la hausse du passif comptable des régimes et des coûts des rentes peu probable. Le marché des rentes en Irlande demeure plutôt calme, les régimes de retraite veillant avant tout à ce que leur portefeuille d’actifs soit bien placé pour obtenir des rendements corrigés en fonction du risque tout en s’assurant qu’une structure élargie de gouvernance est en place afin de permettre le transfert du risque lorsque les conditions du marché le permettront.

PAYS-BAS
Aux Pays-Bas, la plupart des régimes de retraite prévoient des hausses discrétionnaires des rentes. Par conséquent, dans les comptes de l’entreprise, s’ils sont fondés sur les normes comptables internationales, on comptabilise les hausses prévues des prestations accordées dans le passif du régime. L’indice mondial Mercer sur l’achat de rentes offre une comparaison d’éléments comparables en indiquant le coût d’achat de rentes au titre d’un régime de retraite en incluant les hausses, dans une proportion correspondant à la hausse du passif comptable. Il est toutefois important de noter que lors d’un achat de rentes avec transfert des engagements pour un régime de retraite aux Pays-Bas, le montant réel des hausses comptabilisées à l’achat des rentes peut différer de celui indiqué aux comptes de l’entreprise et donner lieu à un gain ou à une perte sur règlement.

Au cours des dernières années, les achats de rentes avec transfert des engagements aux Pays-Bas ont été de l’ordre de 2 à 3 milliards d’euros par année. Étant donné le nombre de régimes de retraite en cours de liquidation et la tendance soutenue au regroupement des régimes sur le marché néerlandais, Mercer s’attend à ce que le marché des achats de rentes demeure ferme.  Contrairement à d’autres pays, l’indice sur l’achat de rentes pour les Pays-Bas a reculé considérablement en 2014 et il a poursuivi son repli en 2015. Cette situation est attribuable à la fluctuation des écarts pour risque de crédit (ils sont passés d’environ 70 points de base à la fin de 2013 à 40 points de base à la fin de janvier 2015) des obligations de sociétés de haute qualité, lesquelles sont utilisées pour le règlement du passif comptable des régimes PD. De plus, le programme d’assouplissement quantitatif de la BCE a fait baisser davantage les taux des obligations de sociétés, ce qui a fait grimper les passifs comptables. Il n’a toutefois pas eu une incidence aussi directe sur la tarification des rentes par les assureurs, car la méthode d’établissement des coûts qu’ils utilisent est différente.


NOTES AUX RÉDACTEURS
L’indice mondial Mercer sur l’achat de rentes indique le coût estimatif des rentes auprès des assureurs en pourcentage du passif comptable pour les cinq pays. Des facteurs liés au marché local entrent également en ligne de compte. Les données mensuelles sont fondées sur la tarification des assureurs pour le mois concerné, l’écart entre les prix des assureurs pouvant influencer l’indice pour le mois.

À PROPOS DE MERCER
Mercer est un chef de file mondial en matière de consultation dans les domaines suivants : carrière, santé, et avoirs. Mercer aide ses clients dans le monde entier à améliorer la santé, la prospérité et la carrière de leur actif le plus précieux : leurs gens. La Société compte au-delà de 20 000 employés répartis dans plus de 43 pays et elle exerce ses activités dans plus de 140 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), un regroupement mondial de sociétés de services professionnels qui offre des conseils et des solutions dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 60 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 13 milliards de dollars. Marsh & McLennan Companies est également la société mère de Marsh, un chef de file mondial en courtage d’assurance et gestion de risque, de Guy Carpenter, un chef de file mondial spécialisé en services intermédiaires en matière de risque et de réassurance, et d’Oliver Wyman, un chef de file mondial spécialisé en consultation en gestion. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter à l’adresse @MercerCanada

COORDONNÉES