MercerMersh Benefits

 

 

Les chefs d’entreprise comprennent de plus en plus que la santé et le bien-être constituent la pierre angulaire du succès organisationnel. Or, à mesure que les coûts des avantages sociaux augmentent, que la législation devient plus complexe et que les risques liés à la chaîne d’approvisionnement s’accentuent, les équipes de gestion de risques et des ressources humaines doivent devenir plus stratégiques et robustes en ce qui concerne les activités de gouvernance des avantages sociaux.

 

L’accent mis sur la santé et le bien-être afin d’accroître la résilience a entraîné les hauts dirigeants à s’engager davantage dans les décisions relatives à la gestion des avantages et des risques.  

 

Il s’agit d’une bonne nouvelle, mais un examen aussi minutieux s’accompagne d’une attention accrue pour assurer l’exactitude de l’administration et la prudence dans la gestion des régimes d’avantages sociaux des employés.  

 

Le Rapport Risques liés aux RH 2022 de MMAS mentionne ce fait1. Parmi les 25 risques étudiés, nous avons constaté que le risque administratif et fiduciaire se classe au deuxième rang des risques les plus élevés, selon les gestionnaires de risques et les professionnels des RH.

 

Alors que les craintes d’une récession se hissent en tête de l’ordre du jour des dirigeants, c’est sans surprise qu’une plus grande visibilité dans les secteurs de dépenses clés soit une priorité pour les employeurs : ceux-ci s’efforcent de conserver leurs bénéfices et d’accroître leurs liquidités, tout en affrontant des conditions tendues au sein du marché de l’emploi. L’inflation entraînera un dialogue plus approfondi quant à la justesse de la conception des programmes, à mesure que les franchises des régimes de soins médicaux diminuent et que les employés remettent en question la suffisance des avantages sociaux. 

 

Cependant, seulement 41 % des organisations ont fait état d’une approche de gouvernance efficace en matière de conception de programmes d’assurance et d’avantages sociaux, tandis que 42 % ont affirmé avoir maintenant mis en place une stratégie efficace de maîtrise des coûts. Seulement la moitié des entreprises envisagent d’investir dans la gestion de ce risque au cours des deux prochaines années.

 

Les entreprises doivent de toute urgence s’attaquer à ce problème et mettre en place des contrôles pour se prémunir d’une évolution incontrôlable des coûts et des passifs associés aux régimes d’avantages sociaux, et pour s’assurer que les avantages sont conçus, fournis et financés d’une manière qui offre un bon rapport qualité-prix.

 

Principales conclusions générales du rapport Risques liés aux RH 2022

 

La gouvernance et le risque financier sont considérés comme une menace sérieuse pour les entreprises selon huit gestionnaires des risques et des ressources humaines sur dix (78 %).

 

1

À l’échelle individuelle, le risque administratif et fiduciaire  se classait au deuxième rang parmi les 25 risques les plus graves/probables, selon un horizon de trois ans. L’incapacité d’administrer les régimes d’avantages sociaux ou les fonds de placement des employés de manière précise, équitable et conforme aux promesses faites au profit des participants au régime entraînera des erreurs coûteuses et des obligations non respectées.

2

Cette année, le coût croissant des avantages liés à la santé, au bien-être et à la protection contre les risques occupe la sixième place sur 25 risques et confirme l’importance d’une gestion proactive des coûts liés aux régimes d’avantages sociaux et de gestion des risques. L’augmentation des coûts des régimes de soins de santé continue d’exercer une pression sur les budgets. Simultanément, l’augmentation des invalidités médicales, professionnelles et non professionnelles (parfois appelées protection du revenu, maintien du salaire ou invalidité temporaire/permanente et totale/partielle) et de l’utilisation de l’assurance vie, de la durée et de la gravité des demandes de règlement peut entraîner une augmentation des coûts. Cette augmentation entraîne à son tour des budgets restreints et une plus faible rentabilité. Ces tendances liées à l’augmentation des coûts d’assurance représentent la réalité de l’Australie dans son ensemble, et bien que la protection de soins médicaux offerte par l’employeur ne soit pas aussi répandue que dans d’autres pays, nous avons observé que les primes de régimes privés d’assurance maladie ont augmenté de près de 50 % au cours des 10 dernières années.

3

Les entreprises constatent de plus en plus la nécessité de prises de décision et d’imputabilité robustes en matière d’avantages sociaux, de politiques et de rémunération. L’alternative entraîne une décision inappropriée quant à la conception du régime, le financement, la sélection et la gestion des fournisseurs, la communication et l’administration. Des avantages médiocres, en plus d’être non concurrentiels par rapport au marché, nuisent ensuite à la capacité de recruter et de retenir les talents et peuvent entraîner des coûts plus élevés au fil du temps.

4

Les risques juridiques, de conformité et financiers  sont importants pour les RH et les gestionnaires de risques : une mauvaise harmonisation des avantages sociaux et d’autres pratiques RH par rapport aux exigences réglementaires ainsi qu’à l’égard du droit fiscal, du droit à l’emploi, des droits de l’homme et du droit du travail entraîne des sanctions, des litiges et des atteintes à la réputation qui y sont associées. L’absence de pratiques financières et de placements responsables augmente le risque d’activités frauduleuses et de pertes financières.

5

Les employeurs font face à plusieurs risques financiers liés aux régimes de retraite, notamment les défis inhérents aux placements, à l’inflation et à la longévité. Un faible engagement financier de la part d’un promoteur de régime de retraite peut entraîner des conséquences réglementaires, une ponction sur les finances et une épargne-retraite inadéquate pour les employés.

 

Tendances à surveiller

Il n’est pas étonnant que le risque administratif et fiduciaire se classe au deuxième rang sur 25 selon la cote de risque (nous l’avions qualifié d’angle mort l’année dernière), compte tenu de l’incidence des situations qui tournent mal et de l’examen de plus en plus minutieux des avantages sociaux et des gestionnaires de placements pour s’adapter aux nouvelles normes. 

 

La réglementation, allant de nouvelles exigences en matière de divulgation de la rémunération à l’évolution des mesures législatives à l’égard de la santé et de la sécurité au travail, renforce le désir de simplicité dans la gestion des régimes. Bon nombre de régimes subissent également des pressions de la part des parties prenantes pour promouvoir la durabilité; par exemple, en investissant les fonds de manière responsable ou en améliorant les normes de travail. 

 

Les défis liés à un manque de gestion administrative automatisée au cours de la pandémie demeurent toujours une priorité pour les opérations. Par exemple, un employeur national en Australie doit composer avec différentes exigences législatives en matière d’indemnisation des accidentés du travail et de santé et de sécurité au travail pour les huit États et territoires, aggravant ainsi le niveau de complexité et les compétences requises pour la gestion d’un régime conforme.

 

Un manque de cohérence dans la manière d’appliquer les régimes d’avantages sociaux des employés ainsi que d’autres programmes peut entraîner une marge d’erreur importante, un risque de réputation et des conséquences juridiques, et ainsi miner le moral des employés. Au cours des dernières années, des progrès ont été réalisés dans de nombreuses régions : la mise en place de portails numériques a favorisé des méthodes plus transparentes et participatives d’interaction avec les employés concernant leurs avantages sociaux. Cependant, ces initiatives commencent à peine pour de nombreux marchés, et des systèmes et des processus désuets ont entraîné des temps de réponse plus lents que prévu à des moments cruciaux au cours de la pandémie. Les protocoles manuels et les systèmes décentralisés au sein des processus et des systèmes actuels continuent de poser problème relativement à la perte et à l’inexactitude des données.

 

Après une explosion de changements inattendus mais nécessaires en raison de la pandémie et l’accent mis sur les questions sociétales, notamment la diversité, l’équité et l’inclusion, c’est le moment d’examiner les processus et les éléments obsolètes qui étaient tenus pour acquis. Les entreprises doivent envisager un retour à l’essentiel; par exemple, de faire appel à des conseillers qui peuvent surveiller les contextes réglementaires. Bahreïn, le Qatar et Oman étudient tous des mesures visant à rendre la protection de soins médicaux obligatoire pour tous les employés. De même, aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite, nous constatons que les organismes de réglementation continuent d’introduire et d’améliorer les normes minimales de prestations au sein des régimes de soins médicaux. 

 

Maintenant que les organisations possèdent une certaine marge de manœuvre, la résolution de ces problèmes devrait être une priorité. Les inventaires de base des régimes, des primes, des assureurs et des clauses de non-responsabilité et des protections nécessaires, en particulier pour les entreprises multinationales ou complexes, peuvent permettre aux employeurs d’agir rapidement pour déployer ces solutions en temps de crise.

 

En outre, les organisations doivent gérer les régimes et les risques en élaborant des stratégies de gouvernance sophistiquées qui ne sont pas seulement liées aux cycles annuels d’assurance. Il s’agit d’établir une procédure régulière de gestion de risques avant qu’ils ne deviennent incontrôlables.

 

Les frais médicaux continuent d’augmenter à un rythme deux fois supérieur à celui de l’inflation générale.2. Les employeurs peuvent s’attendre à ce que les primes de renouvellement augmentent pour compenser la volatilité découlant de la pandémie, des soins différés, de la COVID de longue durée et des changements dans les modes de vie des employés.

 

Que peuvent faire les entreprises?

 

À l’échelle mondiale, les employeurs ont tenté de gérer les coûts, notamment lors du renouvellement annuel des programmes d’assurance collective. Or, même si des changements minimes apportés année après année aux coûts des régimes aident à respecter les budgets, ils ont généralement peu d’incidence à long terme sur la croissance des coûts. 

 

Cela signifie que vous devez vous assurer de :

  • Concevoir en fonction de la valeur : revoir les régimes d’avantages sociaux pour mettre l’accent sur la valeur de l’investissement
  • Gérer les risques liés à la santé : déterminez, éliminez et gérez les menaces intrinsèques à vos régimes de soins médicaux et d’invalidité. À l’aide d’une approche axée sur les données et dans le cadre de votre régime, déterminez les principaux secteurs de dépenses liés aux demandes de règlement, en mettant l’accent sur les conditions en grande partie évitables. 
  • Stimuler l’efficacité : gérez les inefficacités au moyen d’une gestion administrative automatisée et en consolidant et en harmonisant les régimes disparates, le recours aux sociétés captives et autres solutions de financement.

 

Quelques idées pour se lancer

Blue Right Arrow 

Créez un inventaire des avantages sociaux dans l’ensemble de l’organisation; des outils tels que MercerGOLD+ saisissent des champs standards au sein des régimes d’avantages sociaux d’organisations multinationales et offrent la possibilité de comparer les données entre les pays et les politiques.

Blue Right Arrow 

Envisagez de faire appel à un courtier mondial ou un chef des placements externe pour vous aider à entreprendre les activités essentielles de gestion de régime.

Blue Right Arrow 

À l’aide de données, déterminez les facteurs de coûts propres à vos polices d’assurance; ciblez les changements en matière de santé et tirez parti des meilleures solutions de leur catégorie pour y remédier.

Blue Right Arrow 

Établissez un processus de gouvernance formel, y compris la définition des rôles et des responsabilités pour la prise de décisions en matière d’avantages sociaux, de technologies des RH et d’assurance.

Blue Right Arrow 

Envisagez de mettre en place une stratégie à long terme en matière d’avantages sociaux et de polices d’assurance, y compris le contrôle des coûts.


Conclusion

La santé et la résilience de votre personnel font partie intégrante de la réussite et de l’avenir de votre entreprise. La gouvernance devrait figurer en tête de liste des principaux objectifs des organisations pour s’assurer que les changements de conception et de prestation des avantages sociaux ont leur raison d’être et que ceux-ci atténuent les risques d’entreprise.

 

Étant donné que de plus en plus d’organisations prévoient d’accroître le rôle des avantages sociaux dans la proposition de valeur des employés, elles doivent réfléchir à la façon dont elles amèneront la conception, la prestation et le financement des avantages sociaux à un niveau supérieur, soutenus par une stratégie à plus long terme, une communication plus rigoureuse avec les parties prenantes et des analyses de prises de décision en cours de route.

 

1 Mercer. 2022. Rapport Risques liés aux RH 2022 de MMAS. Marsh McLennan.

2 Mercer. 2022. Rapport sur les tendances en santé MMAS.


Samantha Hayes
Samantha Hayes
Conseillère principale – pôle régional ANMO, Mercer Marsh Avantages Sociaux

Blake Gleeson
Blake Gleeson
Chef du service à la clientèle, Australie, Mercer Marsh Avantages Sociaux

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec votre représentant ou bureau local de Mercer Marsh Avantages Sociaux.

Vous aimeriez discuter davantage de ces résultats?