Nous avons appris à quel point la santé des employés est essentielle à la réussite d’une entreprise. Mais l’augmentation des coûts signifie que les entreprises doivent trouver un équilibre entre le contrôle des coûts et la gestion des risques liés aux ressources humaines. Nous vous présentons trois étapes pour vous assurer de protéger votre bien le plus précieux sans dépasser votre budget.

Il ne fait aucun doute que le coût des régimes de soins de santé et d’avantages sociaux augmente rapidement. Et bien que la pandémie ait entraîné un léger ralentissement de cette hausse, nos recherches montrent qu’en moyenne, la hausse des coûts médicaux dépasse de près de trois fois l’inflation générale.

La pandémie pourrait entraîner une augmentation encore plus soutenue des coûts, car l’annulation de nombreuses interventions non urgentes et une baisse des soins préventifs et d’urgence entraînent une détérioration des problèmes de santé à court et à long terme.

 

Sans surprise, les entreprises cherchent incessamment des moyens d’économiser et d’améliorer l’efficacité de leurs régimes de soins de santé. Les employeurs doivent prendre rapidement des mesures pour moderniser leurs avantages sociaux et en optimiser la valeur afin de s’assurer d’offrir des programmes présentant un bon rapport coût-efficacité qui favorisent et améliorent la santé des employés.

Pour y parvenir, les entreprises peuvent suivre trois grandes étapes :

1. S’occuper de la mauvaise conception du régime (conception au service de la valeur)

 

Les erreurs de diagnostic, les complications et les infections contractées à l’hôpital ne sont que quelques-unes des conséquences d’un mauvais traitement initial qui engendrent des coûts inutiles et ont un effet négatif sur l’expérience du patient et l’issue des soins. Non seulement l’employeur paie-t-il pour le gaspillage de ressources médicales, les invalidités et les absences, mais les employés voient leur état se détériorer, certains subissant une diminution de leur qualité de vie ou même de leur longévité.

 

La conception du régime est essentielle pour limiter les coûts et guider les employés vers des fournisseurs de qualité et abordables.

 

Voici les aspects à considérer :

 

  • Donner un accès immédiat, comme à des soins virtuels, permet de réduire le temps d’attente et les absences du travail et ainsi d’améliorer la productivité.
  • Encourager la prévention dans la conception du régime (p. ex., couverture de vaccins, de produits de désaccoutumance au tabac, de médicaments contre l’obésité, etc.).
  • Évaluer les assureurs en fonction de la gestion des demandes de règlement pour soins de santé et de prestations d’invalidité, et selon la surveillance du réseau de fournisseurs.
  • Envisager des techniques de partage des coûts comme les franchises, les quotes-parts et la coassurance (idéalement par palier afin d’encourager des soins présentant un rapport coût-efficacité optimal respectant les meilleures pratiques).
  • Adopter des approches de type « cotisations déterminées » qui prévoient un partage des coûts avec les employés, tout en leur donnant plus de choix.
  • Songer au rôle des régimes individuels au titre d’une assurance facultative.

2. Créer une approche fondée sur les données qui favorise une main‐d’œuvre en santé (gestion des risques pour la santé)

 

Les maladies circulatoires, gastro-intestinales et respiratoires, en grande partie liées aux habitudes de vie, continuent d’être à l’origine des plus importantes demandes de règlement, tant sur le plan des coûts que de la fréquence1. Parallèlement, 60 % des participants aux régimes disent avoir reçu un diagnostic de maladie chronique2.

 

Tous les plans de gestion des risques efficaces contiennent des stratégies pour éliminer les menaces intrinsèques, et il devrait en être de même avec les soins de santé. Comprendre le profil de risque de vos employés et des personnes à leur charge – et les gérer au moyen d’initiatives fondées sur les données – peut avoir une incidence importante à long terme sur les coûts.

 

Envisager les solutions suivantes (de manière confidentielle, volontaire et personnalisée, le cas échéant) :

 

  • Promotion de la santé – culture axée sur la santé, éducation à la santé, vaccination, initiatives de prévention des maladies et des blessures.
  • Soutien aux personnes à risque de développer une maladie – en raison de leur mode de vie, de leurs antécédents familiaux ou de leur milieu de travail.
  • Soutien aux personnes malades – afin de ralentir ou de stopper la progression de la maladie.
  • Gestion des réclamants ayant des frais très élevés – optimiser les soins et, dans la mesure du possible, les faire reprendre un travail productif.

Lorsqu’elles sont apportées correctement, ces solutions peuvent offrir un équilibre entre l’empathie et les avantages économiques. Le fait de scruter votre profil de santé actuel et vos mesures de gestion à la loupe peut vous aider à déterminer les lacunes et les inefficacités de votre programme.

3. Éliminer les inefficiences grâce à un processus de financement et de souscription intelligent (gains d’efficacité)

 

Vous devez vous assurer d’éliminer les avantages redondants ou en double en regroupant et en harmonisant les régimes.

 

D’un autre côté, la gestion du gaspillage est un élément essentiel de la limitation des coûts, car les programmes peuvent entraîner des coûts inutiles importants, notamment des frais d’administration, des marges bénéficiaires et des primes de risque. Votre courtier utilisera diverses techniques pour gérer ces coûts et devrait avoir une idée des facteurs financiers qui font varier les taux.

 

Vous pourriez envisager des approches fondées sur la fidélisation qui offrent des concessions sur les prix en contrepartie de contrats à plus long terme ou obtenir des prix concurrentiels grâce à des escomptes de volume.

 

Parmi les autres solutions, notons les suivantes :

 

  • Autres approches de transfert des risques, comme l’autoassurance, le recours au plafond d’assurance en excédent de perte et la mise en commun de montants importants ou de durées.
  • Protocoles d’évaluation et de gestion des cas pour réduire au minimum la fraude, s’assurer que les dépenses sont médicalement nécessaires et que les demandes de règlement sont raisonnables.
  • Ententes de niveau de service et audits, qui permettent souvent de déceler les sources de fraude ou d’abus, et les occasions de resserrer les contrôles des demandes de règlement (p. ex. opioïdes, fournitures pour diabétiques).

Conclusion

 

La pandémie de COVID-19 met la gestion des coûts à l’avant-plan des priorités des entreprises, mais pour atteindre ces objectifs, elles ne doivent pas s’en tenir au statu quo et à une simple pression sur les prix au renouvellement, qui ne permet que de maîtriser les coûts à court terme.

 

Les employeurs qui s’intéressent sérieusement à la gestion des dépenses doivent adopter une approche multidimensionnelle pluriannuelle qui mise sur les trois principales stratégies de limitation des coûts : la conception au service de la valeur, la gestion des risques pour la santé et les gains d’efficacité. Les entreprises peuvent alors créer des régimes d’avantages sociaux rentables, qui profiteront vraiment aux employés.




Communiquez avec nous