Indice mondial 2017 Mercer Melbourne sur les systèmes de retraite – Canada

Salle de nouvelles

Indice Mercer Melbourne sur les systèmes de retraite : Le Canada conserve sa cote B, mais pourrait faire encore mieux

  • Le 23 octobre 2017
  • Canada, Montréal, QC

Les systèmes de retraite risquent de créer des problèmes d’équité intergénérationnelle

  • La viabilité de certains systèmes actuels est menacée
  • Le Danemark conserve sa 1re position pour une sixième année consécutive
  • L’indice a été élargi pour inclure la Colombie, la Nouvelle-Zélande et la Norvège
  • Le Canada conserve sa cote B, mais pourrait faire encore mieux

Les pays dont les systèmes de retraite ne sont pas viables doivent s’inspirer des pays de premier plan. Autrement, ils risquent de se retrouver avec des problèmes d’équité intergénérationnelle et des retraités déçus.

Mesurant maintenant les résultats de 30 pays et couvrant 60 % de la population mondiale, la neuvième édition de l’indice mondial Mercer Melbourne sur les systèmes de retraite somme les pays dont les systèmes de retraite ne sont pas viables à prendre des mesures immédiates plutôt que de courir le risque d’avoir à prendre ultérieurement des mesures encore plus radicales.

Jacques Goulet, président des domaines Santé et Avoirs chez Mercer, insiste sur le fait que les pays qui envisagent une réforme des régimes de retraite doivent tenir compte des aspects de la viabilité.

« À l’échelle internationale, l’augmentation de l’espérance de vie et le faible rendement des placements ont d’importantes répercussions à long terme sur la capacité de nombreux systèmes à verser des prestations de retraite adéquates, à l’heure actuelle et à l’avenir, indique M. Goulet. Cette situation a attiré l’attention des décideurs sur l’importance grandissante des enjeux d’équité intergénérationnelle. »

Selon M. Goulet, le Japon, l’Autriche, l’Italie et la France sont des exemples de pays développés dont les systèmes de retraite ne s’appuient pas sur des modèles viables qui protégeront les générations actuelles et futures dans leurs vieu  jours.

« Le problème est attribuable à un amalgame de facteurs, dont le manque d’actifs mis en réserve en prévision de l’avenir, la faible participation de la main-d’œuvre plus âgée au marché du travail et les changements démographiques importants causés par le vieillissement de la population, explique M. Goulet. Si aucun changement n’est apporté, ces systèmes exerceront une pression sur la société et les prestations de retraite ne seront pas versées équitablement entre les générations. »

Selon David Knox, membre principal du partenariat de Mercer et auteur du rapport, il ne faut pas tout voir en noir, car les pays peuvent tous agir maintenant pour améliorer leurs systèmes de retraite.

« L’objectif principal de l’indice consiste à établir un cadre de référence permettant d’évaluer le système de retraite de chaque pays afin de mieux comprendre quelles pourraient être les pratiques exemplaires, à la fois à l’heure actuelle et à l’avenir, déclare M. Knox. Les résultats de notre recherche mettent clairement en évidence les pays qui montrent la voie en offrant des systèmes de retraite viables assortis de prestations adéquates et ce que les autres peuvent apprendre d’eux pour s’améliorer. Le Danemark, les Pays-Bas et l’Australie sont trois de ces pays qui, malgré des différences attribuables à leurs points de départ respectifs, adoptent une approche solide à plusieurs piliers, comme l’indice permet de l’illustrer ».

Le professeur Edward Buckingham de l’Australian Centre for Financial Studies déclare quant à lui que le rapport montre que le système de retraite de l’Australie est bon, mais qu’il y a place à amélioration.

« Sans l’immigration de personnes jeunes venues d’autres pays, la population vieillissante née ici ferait face à de grands défis en ce qui concerne le financement de leur retraite. La raison est simple : comme nous vivons plus longtemps, les coûts des soins de santé et des services publics augmenteront et notre société, comme d’autres, subira des pressions pour financer les besoins des personnes âgées au détriment des jeunes. L’optimisation de l’utilisation de l’épargne-retraite est une responsabilité permanente qui exige une amélioration stratégique des systèmes de retraite du monde entier, estime le professeur Buckingham.

Outre des contraintes démographiques, les divers cadres que nous créons pour guider les décisions de placement comprennent des dimensions morales et éthiques qui façonneront la nature de la création et du transfert de richesse. Ce rapport offre les résultats d’une enquête mondiale unique en son genre qui procure une base pour dégager les mérites et les lacunes de nombreuses approches différentes pour relever ces défis. »

Recevant l’appui du gouvernement de l’État de Victoria et mobilisant les plus grands spécialistes australiens des services financiers et de la recherche dans ce domaine, l’indice témoigne bien de la position dominante de l’État de Victoria dans les secteurs des prestations de retraite et des services financiers.

M. Ken Ryan, représentant de l’État de Victoria pour l’Europe, déclare pour sa part : « Forte d’un solide secteur des services financiers et d’un grand bassin de talents, Melbourne continue de montrer la voie dans le domaine de la gestion de fonds, un élément central de tout système de retraite et de rentes. L’indice mondial 2017 des centres financiers, publié en septembre, a classé Melbourne à la 13e place, ce qui témoigne des progrès réalisés par le gouvernement de l’État de Victoria afin de veiller à ce que l’État soit reconnu comme un centre financier mondial de premier plan. »

À quoi ressemblera l’avenir?

Il sera plus ardu pour certains pays que pour d’autres d’assurer la viabilité de leur système, car tous les points de départ sont différents et des facteurs uniques sont en jeu. Néanmoins, chaque pays peut prendre des mesures pour améliorer son système. À long terme, il n’existe pas de système de retraite idéal, mais les principes des pratiques exemplaires sont clairs et les pays doivent créer des conditions politiques et économiques qui rendent possibles les changements nécessaires.

Le résultat souhaité étant de créer de meilleures vies, l’indice de cette année offre une interprétation approfondie et enrichie des systèmes de retraite à l’échelle internationale. Maintenant élargi pour inclure la Colombie, la Nouvelle-Zélande et la Norvège, l’indice mesure 30 systèmes en fonction de plus de 40 indicateurs qui évaluent leur suffisance, leur viabilité et leur intégrité. Cette approche met en évidence un objectif important de l’indice : permettre des comparaisons entre différents systèmes des quatre coins du monde en fonction d’un éventail d’aspects relatifs à différents contextes et cultures.

L’indice mondial Mercer Melbourne sur les systèmes de retraite en chiffres

L’indice de cette année révèle que, pour une sixième année consécutive, le Danemark est demeuré en tête du classement avec une cote globale de 78,9, devant les Pays-Bas et l’Australie, dont les cotes globales sont de 78,8 et de 77,1, respectivement.

Bien que le Canada ait conservé sa cote B et augmenté légèrement sa cote globale (de 66,4 à 66,8), sa cote de viabilité a baissé en raison d’un nouvel indicateur qui mesure le taux de croissance économique réelle dans le pays.

« Le changement récent au Canada pour maintenir l’âge d’admissibilité à la Pension de la sécurité de la vieillesse à 65 ans plutôt que de l’augmenter graduellement à 67 ans a entraîné une légère baisse de notre cote de viabilité, déclare F. Hubert Tremblay, conseiller principal du domaine Avoirs de Mercer Canada. L’augmentation de l’âge d’admissibilité aux régimes de retraite d’État pour tenir compte de l’augmentation de l’espérance de vie fait partie des principales recommandations pour tous les pays, et il s’agit d’une mesure déjà déployée dans un grand nombre de pays développés à l’échelle mondiale ».

Toutefois, l’indice ne tient pas encore compte de l’amélioration apportée au Régime de pensions du Canada puisque les augmentations progressives des cotisations ne commenceront pas avant 2019.

« Entièrement capitalisée, l’amélioration à venir au Régime de pensions du Canada devrait contribuer à augmenter la cote globale du Canada au cours des années à venir, ajoute M. Tremblay. Comme nous l’avons conclu dans notre récent livre blanc intitulé Des solutions audacieuses au déficit d’épargne à long terme, les gouvernements et les employeurs doivent prendre des mesures audacieuses pour combler le déficit d’épargne-retraite du Canada, actuellement estimé à près de trois mille milliards de dollars. L’amélioration du Régime de pensions du Canada est un bon premier pas, et nous espérons que le Québec annoncera bientôt une amélioration semblable au Régime de rentes du Québec ».

Nouvellement incluses dans l’indice, la Norvège et la Nouvelle-Zélande ont obtenu des valeurs globales respectables de 74,7 et de 67,4, respectivement. Les systèmes des deux pays ont été reconnus pour leur structure solide et les nombreuses caractéristiques intéressantes qu’ils présentent, mais certains aspects restent à améliorer. Le système de la Colombie, dont la valeur globale de l’indice est de 61,7, a été reconnu comme présentant certaines caractéristiques intéressantes, mais également des risques et des lacunes importantes qui devraient être réglés.

La cote A inatteignable dans l’indice 2017

Pour préserver l’intégrité et la pertinence de l’indice, deux nouvelles questions ont été ajoutées, ce qui a fait en sorte qu’aucun pays n’a obtenu la cote A. La première question porte sur la croissance économique réelle dans le sous-indice de la viabilité, et la deuxième tient compte des régimes de retraite à participation volontaire.

Naturellement, l’ajout d’une nouvelle question dans le sous-indice de la viabilité a entraîné une diminution de la pondération des questions portant sur les actifs et les niveaux de cotisation. Les pays dont la valeur de l’indice a affiché une amélioration importante sont ceux ayant connu au cours des trois dernières années une véritable croissance économique qui devrait se poursuivre au cours des trois prochaines années. Ces pays sont la Chine, l’Inde, l’Indonésie, l’Irlande et la Malaisie. À l’inverse, on observe une diminution du sous-indice de la viabilité dans les pays où les actifs des régimes de retraite sont importants et les cotisations obligatoires sont élevées, mais dont la croissance économique est inférieure. Ces pays sont le Canada, le Danemark et les Pays-Bas.

« L’indice constitue une référence importante pour les décideurs politiques du monde entier afin de tirer des enseignements des systèmes les plus adéquats et les plus viables, précise M. Knox. Nous savons qu’il n’existe aucun système parfait pouvant être instauré universellement, mais bien des points communs qui peuvent être partagés pour obtenir de meilleurs résultats. »

Indice mondial Mercer Melbourne sur les systèmes de retraite – Résultats globaux par valeur de l’indice

Le tableau ci-dessous indique la valeur globale de l’indice pour chaque pays ainsi que la valeur pour chacun des trois sous-indices : la suffisance, la viabilité et l’intégrité. Chaque valeur de l’indice représente une cote entre 0 et 100.



INDICE MONDIAL MERCER MELBOURNE SUR LES SYSTÈMES DE RETRAITE
L’indice mondial Mercer Melbourne sur les systèmes de retraite est publié par l’Australian Centre for Financial Studies (ACFS) en collaboration avec Mercer et le gouvernement de l’État de Victoria, qui apporte la plus grande part du financement. L’indice bénéficie également du soutien financier du Finnish Centre for Pensions.

À PROPOS DE MERCER
Mercer offre des services-conseils et des solutions axées sur la technologie qui aident les organisations à répondre aux besoins changeants de leur main-d’œuvre dans les domaines Santé, Avoirs et Carrière. La Société compte plus de 22 000 employés répartis dans 43 pays et elle exerce ses activités dans plus de 130 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), la plus importante société de services professionnels d’envergure mondiale dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 60 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 13 milliards de dollars ainsi que par l’entremise de ses sociétés-conseils de premier ordre, soit Marsh, Guy Carpenter et Oliver Wyman, Marsh & McLennan aide ses clients à naviguer dans un environnement de plus en plus dynamique et complexe. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter à l’adresse @MercerCanada.

À PROPOS DE L’AUSTRALIAN CENTRE FOR FINANCIAL STUDIES
L’Australian Centre for Financial Studies (ACFS) est un centre de recherche du Monash Business School. Établi en 2005 grâce au financement de démarrage du gouvernement de l’État de Victoria, il a été annexé à l’Université Monash en 2016. Principalement financées par un éventail de partenaires et de collaborateurs du secteur privé, ses recherches sont accessibles, indépendantes et fondées sur des données probantes et visent à orienter les politiques publiques, les débats communautaires et les pratiques de l’industrie. Préparé en collaboration avec Mercer, le présent rapport représente un exemple important des résultats des recherches.

La mission de l’ACFS consiste à appuyer le rôle essentiel des services financiers dans l’économie par l’intermédiaire de recherches fondées sur des données probantes, d’un dialogue judicieux et d’une collaboration fructueuse entre l’industrie, le gouvernement et le milieu universitaire. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le site www.australiancentre.com.au.

TRADE AND INVESTMENT VICTORIA
Trade and Investment Victoria dirige la stratégie du gouvernement de l’État de Victoria en vue d’accroître les possibilités d’exportation et d’attirer les investissements étrangers dans l’État pour créer des emplois et faire croître l’économie.

Par l’intermédiaire de son réseau mondial de 22 bureaux, Trade and Investment Victoria offre des conseils et des services professionnels gratuits en matière d’investissement à des partenaires étrangers potentiels ou actuels, afin de faciliter les investissements et l’accès aux marchés d’exportation.

Les entreprises désireuses d’investir, d’explorer les débouchés commerciaux ou de créer des partenariats de recherche dans l’État de Victoria devraient communiquer avec Trade and Investment Victoria pour obtenir de plus amples renseignements.

Victoria – The State of Momentum.
www.tradeandinvestment.vic.gov.au

COORDONNÉES