Indice mondial sur l’achat de rentes

Salle de nouvelles

MERCER LANCE EN GRANDE PREMIÈRE UN INDICE MONDIAL SUR L’ACHAT DE RENTES

  • 25-February-2014
  • Montréal, Toronto

C’est au Royaume-Uni que les coûts d’achat de rentes sont les plus élevés, et au Canada qu’ils sont les plus faibles

Le Royaume-Uni est l’endroit le plus onéreux au monde pour assurer les rentes des retraités des régimes de retraite à prestations déterminées, et le Canada est l’endroit le moins cher au monde, relativement au passif comptable, selon des données produites par Mercer. Compte tenu de l’intérêt grandissant pour l’achat de rentes, Mercer a publié aujourd’hui les résultats de la première étude internationale sur la tarification des assureurs pour l’achat de rentes. L’indice mondial Mercer sur l’achat de rentes fournit des données de référence en provenance de 18  assureurs indépendants, dans quatre marchés où les activités d’achat de rentes sont importantes : les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et l’Irlande. Cet indice-repère fait ressortir comment les coûts pour assurer les obligations au titre des régimes PD diffèrent entre pays ainsi que les tendances de coûts au fil du temps. L’indice a été conçu pour aider les gestionnaires de régimes de retraite et d’avantages sociaux à l’échelle mondiale à savoir où orienter leurs efforts en matière de gestion de risques et de transfert de risques.

En s’appuyant sur des études de tarification effectuées en janvier 2014, Mercer a constaté que le Royaume-Uni est l’endroit le plus cher au monde pour assurer les obligations au titre des régimes à prestations déterminées, par rapport au passif reflété dans les états financiers des entreprises. D’après l’indice, le coût pour assurer 100 millions de livres sterling (£) en obligations à l’égard des retraités au Royaume Uni est environ 23 % plus élevé que celui du passif comptable équivalent, comparativement à 17 % en Irlande, à 8,5 % aux États-Unis et à seulement 5 % au Canada. Selon Mercer, les coûts plus élevés au Royaume-Uni sont principalement attribuables à l’indexation obligatoire des prestations de retraite, c’est-à-dire l’augmentation automatique des rentes en fonction de l’inflation. L’indice tient également compte des conditions du marché à l’échelle régionale qui sont reflétées dans le passif indiqué dans les états financiers d’entreprise.

« La santé financière des régimes de retraite canadiens s’est considérablement améliorée en 2013, ce qui a entraîné davantage d’occasions pour réduire les risques, affirme Benoit Hudon, responsable du domaine Retraite de Mercer pour l’Est du Canada. Pour la première fois depuis plus de dix ans, certains promoteurs de régimes se retrouvent dans une position avantageuse où ils peuvent se libérer de leurs obligations de retraite et les radier de leurs états financiers sans avoir à verser de sommes supplémentaires. Par conséquent, 2013 a été une année record pour le marché des rentes au Canada, et on s’attend à continuer d’observer une croissance marquée dans les années à venir. »

L’indice mondial Mercer sur l’achat de rentes s’applique à plusieurs fins. Mercer souligne que les multinationales qui envisagent de recourir à l’achat de rentes doivent équilibrer les risques et les coûts liés à la réduction des risques dans un pays par rapport à d’autres facteurs et déterminer si le recours à cette approche dans un autre pays serait plus appropriée. L’achat de rentes constitue une stratégie parmi tant d’autres pour gérer les risques liés aux régimes de retraite, mais elle exerce un attrait pour certains étant donné qu’elle permet d’éliminer d’un seul coup une grande partie du passif de retraite dans le bilan d’une entreprise.

Étant donné que cette approche peut s’avérer coûteuse comparativement à d’autres stratégies de gestion des risques, comme les trocs de longévité et les stratégies de couverture, ou encore l’utilisation de paiements forfaitaires aux participants à leur retraite, l’indice Mercer constitue un guide pour suivre l’évolution des coûts. Le moment, la préparation et le suivi régulier sont les véritables clés pour réduire les coûts; dans la conjoncture volatile actuelle, il est très facile de rater une réelle occasion.

« À mesure que les conditions économiques et que les finances des entreprises s’améliorent, nous observons un intérêt grandissant pour l’achat de rentes partout aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en Irlande », affirme Benoit Hudon.

Canada

L’écart entre les États-Unis et le Canada est principalement attribuable aux différentes tables de mortalité utilisées dans chaque pays. Mercer s’attend à ce que le marché des rentes explose tandis que de plus en plus d’employeurs évaluent les répercussions de l’achat éventuel de rentes pour leurs régimes. Le volume de rentes collectives souscrites en 2013 est le plus élevé de l’histoire de l’industrie, et le quatrième trimestre a été particulièrement actif. Mercer s’attend à ce que cette tendance se maintienne et prévoit que des records seront brisés en ce qui a trait à la taille et au volume de souscription de rentes au cours des mois à venir.

Mercer lance en grande première un indice mondial sur l’achat de rentes

États-Unis

Même si les contrats géants conclus aux États-Unis en 2012 ne se sont pas répétés l’année suivante, 2013 a été une année solide pour les achats de rentes. Les taux d’intérêt et les actions ont bondi en 2013, ce qui a permis d’améliorer les niveaux de capitalisation des régimes et de réduire les sorties de fonds susceptibles d’être nécessaires pour acheter des rentes. Mercer s’attend à ce que cela entraînera une augmentation du nombre d’ententes de transfert de risque en 2014. Les cotisations obligatoires à la Pension Benefit Guaranty Corporation (PBGC) augmenteront considérablement dans la foulée de l’adoption du budget américain en décembre 2013. Cela entraînera une augmentation des coûts à la charge du promoteur et rendra le transfert de risques encore plus attrayant.

Royaume-Uni

Comme il a été mentionné précédemment, le coût pour assurer le passif des régimes de retraite est plus élevé au Royaume-Uni qu’aux États-Unis étant donné que le passif de retraite au Royaume-Uni est habituellement indexé en fonction de l’inflation. Cela entraîne une augmentation de la durée du passif et les compagnies d’assurance facturent une prime additionnelle pour tenir compte du risque lié à l’inflation. Malgré cela, 2013 a été une année solide pour le marché des rentes au Royaume-Uni, où le nombre de transactions est estimé à 200, y compris l’achat de 1,5 milliard de livres sterling (£) pour la caisse de retraite de EMI Group, soit la plus grande transaction jamais enregistrée et pour laquelle Mercer a fourni des conseils. Le marché demeure en évolution, ce qui comporte des avantages et des inconvénients pour quiconque souhaite procéder à l’achat de rentes.

Irlande

Comme pour les autres marchés, 2013 a été une année record pour les achats de rentes en Irlande. Mercer a pris part à la majorité des contrats, en termes d’actifs. L’activité a été largement stimulée par une échéance obligatoire de dépôt de plans de redressement des régimes déficitaires auprès de l’organisme de réglementation. De plus, l’instauration de rentes souveraines (adossées à des obligations du gouvernement irlandais) a permis aux fiduciaires de régimes de régler le déficit à un coût moindre que les rentes traditionnelles. Les rentes souveraines ont donc été utilisées pour un grand nombre de transactions en raison de leur coût moindre.

L’indice est accessible gratuitement à tous les abonnés. Il est publié mensuellement et on peut le consulter ici :http://info.mercer.com/global-pension-buyout-index.html (site en anglais seulement). Mercer publie à titre gracieux toute une gamme d’indices d’achat de rentes comprenant des indices distincts pour les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Irlande.

Nota : Le tableau illustre le coût du prix estimatif des rentes de retraite provenant des assureurs en tant que pourcentage du passif comptable dans chacun des quatre pays. Par exemple, la ligne à 113 % signifie que Mercer s’attend à ce que le coût moyen d’achat de rentes sera, de manière générale, 13 % plus élevé que le passif comptable équivalent. La ligne de l’indice mondial (en bleu uni) indique le coût moyen des transactions d’achat de rentes en pourcentage du passif comptable pour les quatre pays, et tient compte de certaines données comme la taille du marché de chaque pays. Pour effectuer les estimations, le passif de retraite a été calculé conformément aux normes locales en vigueur dans chaque pays.

À propos de Mercer

Mercer est un chef de file mondial en matière de consultation dans les domaines suivants : talents, santé, retraite et investissements. Mercer aide ses clients dans le monde entier à améliorer la santé, la prospérité et le rendement de leur actif le plus précieux : leurs gens. La Société compte 20 000 employés répartis dans plus de 40 pays. Elle est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies (symbole MMC à la Bourse de New York), un regroupement mondial de sociétés de services professionnels qui offre des conseils et des solutions dans les domaines du risque, de la stratégie et du capital humain. Forte d’un effectif mondial de quelque 53 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de plus de 11 milliards de dollars, Marsh & McLennan Companies, Inc. est également la société mère de Marsh, un chef de file mondial en courtage d’assurance et gestion de risque, de Guy Carpenter, un chef de file mondial spécialisé en services intermédiaires en matière de risque et de réassurance, et d’Oliver Wyman, un chef de file mondial spécialisé en consultation en gestion. Pour de plus amples renseignements, consultez le site www.mercer.ca. Suivez Mercer sur Twitter @MercerInsights

COORDONNÉES